📚 | Bilan livresque : la rétrospective de 2020

Bye bye 2020, tu ne seras pas regrettée !

Avant toute autre chose, je vous souhaite à vous tous une très belle année 2021, qu’elle vous soit remplie de jolies découvertes livresques, et de douceur à n’en plus finir !

A bien des égards, cette année 2020 fut particulière. Tout le contexte sanitaire autour du Covid et les conséquence de ce virus nous ont permis de nous rendre compte que notre vie quotidienne était, au final, un vrai privilège, que rien n’était acquis.

Et bien qu’elle fut difficile, elle n’a pas non plus était totalement négative. Je suis du genre à voir le verre à moitié plein, quoi qu’il arrive. Et malgré le confinement, mon impossibilité de trouver un job digne de ce nom, et la quasi disparition de ma vie sociale (ne vous inquiétez pas, le positif arrive, je vous jure !), j’ai pu constater que 2020 m’avait également permis de réfléchir réellement et productivement sur moi-même, mes besoins et mes envies, mais aussi de reprendre un rythme qui m’avait manqué en publiant plus régulièrement par ici et sur Youtube. Donc non, 2020 n’aura pas été vaine.

Mais soyons honnêtes, ce n’est pas sans soulagement que je lui dis « à jamais ! ».

Mais parlons lecture ! Qui dit début d’année, dit rétrospective de l’année passée. Un deuxième bilan 2020 fera suite à cet article pour vous parler de photographie si le cœur vous en dit. Mais aujourd’hui j’aimerai vous parler livres, romans, bande-dessinées et autres joyeusetés littéraires.

Qu’ai-je lu cette année ? Et bien, beaucoup moins de livres qu’en 2019. Mon challenge Goodreads qui était fixé à 35 livres a même peiné à arriver à 50% puisque j’ai lu 16 livres.

Comme j’aime à le répéter ici, la lecture n’est pas un concours, on ne donne pas de médailles à celui qui lira plus de 100 livres dans l’année, et il faut se répéter que ce n’est pas grave de lire moins. C’est dans cette optique que je pars en ce début d’année. J’ai donc lu moins (l’état d’anxiété qu’a engendré tous les évènements de cette année passée n’y est probablement pas pour rien), mais je ne peux compter qu’une seule déception, pour 15 très bonnes lectures. N’est-ce pas l’essentiel ? Moi je pense que ça l’est en tout cas.

Mais alors, qu’ai-je lu exactement ?

  • La passe-miroir, tome 4 : La tempête des échos, Christelle Dabos – Chronique à venir
  • Nils, tome 3 : Cyan, Jérôme Hamon, Antoine Carrion
  • Bergères Guerrières, tome 3 : Le Périple, Jonathan Garnier, Amélie Fléchais – Chronique à venir
  • Dreams Factory, tome 1 : La neige et l’acier, Jérôme Hamon, Suheb Zako
  • The Promised Neverland, Vol.1, Kaiu Shirai, Posuka Demizu
  • Vinegar Girl, Anne Tyler – Chronique
  • Midnight Sun, Stephenie Meyer – Chronique
  • Twilight, tome 2 : Tentation, Stephenie Meyer – Chronique
  • Twilight, tome 3 : Hésitation, Stephenie Meyer – Chronique
  • Twilight, tome 4 : Révélations, Stephenie Meyer – Chronique
  • Ce qu’il reste de toi, Robin Réghem – Chronique
  • Pumpkinheads, Rainbow Rowell, Faith Erin Hicks
  • La neuvième maison, Leigh Bardugo – Chronique
  • Les filles de Salem: comment nous avons condamné nos enfants, Thomas Gilbert – Chronique à venir
  • Le portrait de Dorian Gray, Oscar Wilde – Chronique à venir
  • Mes ruptures avec Laura Dean, Mariko Tamaki, Rosemary Valero-O’Connell – Chronique à venir

Si je devais élire un coup de cœur littéraire pour cette année 2020, j’aurais bien du mal à choisir. Mais je vais essayer de prendre sur moi pour vous parler d’un roman que je pourrais vous conseiller à 100 % :

  • La Neuvième Maison de Leig Bardugo.

Je vous faisais ma chronique il y a peu, et je vous conseille d’aller la lire si vous souhaitez un avis complet et plus détaillé Mais je pourrais vous dire que j’ai tout simplement adorer l’univers mis en place par l’autrice : sombre, glaçant, pleine de magie et de mystère. Je meurs d’impatience de pouvoir lire la suite, et en attendant, je ne cesserai de le conseiller autour de moi !


Un bilan ne serait rien sans que je vous parle des livres qui ont intégré ma pile à lire cette année ! Depuis quelques temps déjà, je restreint mes achats livresques au minimum pour ne pas faire grandir cette PAL qui n’en finit plus et qui me cause parfois plus de stress que de joie. Je vous en ai d’ailleurs déjà parler par ici. Mais ça ne m’empêche pas, bien entendu, de me faire plaisir de temps en temps lorsque je fais le tour des rayonnages chez le libraire.

Voici donc quelques romans et lectures graphiques qui ne sont plus dans ma PAL, et qui ont tout de même gagné leur place parmi les saints des saints (autrement dit: qui prendront probablement bientôt la poussière dans ma bibliothèque… oups).

  • Caraval, tome 3 : Finale, Stéphanie Garber

Celui-ci ne fait plus tout à fait partie de ma P.A.L puisque je suis en train de le lire ! J’en suis à plus de la moitié, et laissez-moi vous dire une chose : je suis toujours aussi amoureuse de l’univers de Caraval, et je n’ai qu’une hâte : pouvoir vous en parler plus en détail !

  • The Last Magician, tome 2 : The Devil’s Thief, Lisa Maxwell

Un roman qui titille mon impatience puisque j’attends de pouvoir lire cette suite depuis que j’ai fini ma lecture du premier tome, il y a déjà au moins un an. J’ai eu la chance de le trouver au pied de mon sapin cette année, et je pense qu’il n’aura pas le temps de prendre la poussière le petit veinard !

  • Astromap, Mathilde Fachan

Un livre que je potasse actuellement tous les week-ends et qui nous apprend les bases de l’astrologie et des fascinants thèmes astraux. Une petite mine d’information et un livre très joliment illustré dot je vous parlerai un peu plus tard !

  • Anne de Green Gables, L. M. Montgomery

Après avoir découvert la série adaptée de ce roman sur Netflix (Anne with an E : une petite pépite que je ne peux que vous conseiller), j’ai eu une envie irrépressible de découvrir le roman. Comble du timing, une nouvelle magnifique édition venait de sortir chez Monsieur Toussaint Louverture. Je pouvais que craquer. Et c’est donc non sans regret que je l’ai fait. Sorry not sorry.

Voilà donc pour ce petit (long) bilan de mon année livresque. Qu’en est-il de vos découvertes à vous ? Vos coups de cœurs ? Vos déceptions ? Dites moi tout !

En attendant, je vous souhaite de nouveau une très belle année 20021,

Prenez bien soin de vous,

Margaux

🎄| Une recette de Noël, Un roman

La période de Noël est propice à la cuisine, et est pour moi synonyme de pâtisserie. J’aime beaucoup pâtisser à cette période que je trouve réconfortante : cinnamon rolls, petits sablés de Noël, ou encore macarons, j’ai mes recettes fétiches. Et quoi de mieux que de déguster une pâtisserie accompagnée d’un bon roman ?

Aujourd’hui j’aimerais vous partager une recette que je fais chaque année pour les fêtes, et je finirai cet article par une recommandation de roman à lire en dégustant votre œuvre. Est-ce que cela vous tente ?

Les petits sablés de Noël

Ingrédients :
  • 250g de Farine
  • 125g de Beurre
  • 125g de Sucre
  • 1 Œuf
  • 1 Pincée de sel
  • 1 Blanc d’oeuf
  • 150g de Sucre glace
  • 1 Filet de citron
La réalisation :

Préchauffez votre four à 180°C.

Mélangez le sucre et le beurre mou jusqu’à obtenir un mélange crémeux. Rajoutez l’œuf entier et mélangez. Pour finir, ajouter la farine d’un seul coup, la pincée de sel, puis mélangez à la main, du bout des doigts.

Laissez reposer la pâte au moins 30 minutes au frigo.

Une fois reposée, étalez la pâte à l’aide d’un rouleau à pâtisserie, puis munissez-ouss de vos plus beaux emporte-pièce pour découper la pâte.

Enfournez vos sablés, et laissez cuire environ 15 minutes.

Pour le glaçage, n’oubliez pas de laisser refroidir vos pâtisseries. Mélangez 1 blanc d’œuf, un filet de jus de citron et la moitié du sucre glace. Mélangez au fouet puis rajoutez le reste du sucre. N’hésitez pas à rajouter du sucre si vous voyez que le glaçage est un peu trop liquide. Ensuite vous pouvez le colorer avec du colorant alimentaire et faire vos petits décors.

Et voilà, c’est prêt !

La lecture pour accompagner ces petites douceurs.

Des petits biscuits que l’on retrouve chez nos grands-parents (la recette m’a d’ailleurs été donnée par ma grand-mère), et que l’on prends plaisir à déguster à Noël, un synonyme de réconfort en cette période. Et pour se réconforter autour d’une lecture, je vous propose de lire Orgueil et Préjugés de Jane Austen.

Je ne sais pas trop pourquoi, mais l’hiver me donne toujours envie de me plonger dans un classique, et Orgueil et Préjugés, bien que très connu, fait partie de mes préférés. La littérature anglaise du 19ème siècle me transporte toujours, et c’est toujours une bonne idée de se plonger dans ces classiques.

Ici on va suivre la famille Bennet qui cherchent à marier leurs 5 filles dont Elisabeth, notre personnage principal. Mais l’histoire va bien au delà de cette intrigue. On y retrouve une écriture moderne, et des personnages féminins forts et déterminés. Jane Austen y dépeint son siècle et n’oublie pas de le critiquer tout en nuance. On y retrouve une vraie représentation de ce à quoi ressemblait cette société, ses mœurs, la différence entre les hommes et les femmes de cette époque, tout en nous réjouissant d’une belle écriture qui a le don de nous transporter. On ne s’ennuie pas et j’ai adoré suivre le personnage d’Elisabeth qui, pour le coup, représente un vrai pied de nez à la représentation de la femme de ce siècle

Une lecture réconfortante, qui sera parfaite accompagnée de vos sablés ! Qu’en dites-vous ?

Et vous, quelle est votre lecture réconfortante par excellence ?

Prenez soin de vous,

Margaux

💬| Comment choisir un nouveau livre ?

Vous-êtes vous déjà posé la question du processus qui vous guide vers l’achat ou l’emprunt d’un nouveau livre ?

Que ce soit sur un coup de tête ou au contraire, après une réflexion mûrement menée, certaines étapes se retrouvent fréquemment dans le processus dont je vous parlais une phrase plus tôt. Mais quelles sont ces étapes cruciales qui nous font sauter le pas, et nous dire « oui, c’est LE livre qu’il me faut » ?

Choisir son livre en librairie VS choisir son livre sur internet.

Vous devez probablement vous en douter si vous avez lu quelques-uns de mes articles, mais j’aime beaucoup choisir mes livres en librairie (en même temps, pour une libraire de formation, quoi de plus normal ?). Mais je ne fais pas non plus la guerre à internet qui me permet de m’approvisionner en lecture quand le temps me manque ou quand certains jours sont propices à la flemme. On connait tous ce sentiment, non ?

Le processus va être un peu différent que l’on se rende dans une librairie ou non. La librairie est un lieu de convivialité, où il fait bon fureter entre les rayons pour choisir le prochain ouvrage qui fera battre nos petits cœurs de lecteurs. On y va parfois sans idées précises, et ce sont les différents livres sur table ou en rayon qui vont nous guider, ou les conseils bien avisés de notre libraire. Sur internet, on connaît généralement le titre que l’on souhaite découvrir, il y a moins de surprise. Il est plus rare de se laisser surprendre par un titre sur Amazon. Mais c’est aussi un bon moyen pour gagner en rapidité, et pour ne pas se laisser influencer par des avis qui ne seraient pas assez personnels. Moins de surprise, mais une assurance que le livre que l’on achète correspondra à notre envie du moment.

Vous êtes plutôt team librairie ou team internet ?

Choisir son livre par sa couverture.

On vous a déjà dit de ne pas juger un livre par sa couverture ? Probablement. Et pourtant, qui ne l’a jamais fait ? Je suis la première à hésiter devant un roman dont l’histoire me plaît mais dont la couverture est franchement vilaine. Et au contraire, combien de fois un livre m’a franchement attirée par sa couverture aux couleurs flamboyante alors que l’histoire n’était pas extraordinaire ? Bon, soyons honnêtes, il est très rare que j’achète un livre juste pour sa couverture, l’histoire me paraît bien trop importante. Mais ne pas acheter un livre à cause de sa couverture est un évènement bien moins rare pour le coup (oups).

La couverture tient-elle une importance capitale pour le.a lecteur.ice qui sommeille en vous ?

Choisir son livre par son histoire.

La logique la plus absolue serait de choisir son livre par son histoire, on est bien d’accord. Parce qu’après tout, quel pourrait être l’élément le plus important d’un roman ? Il faut qu’il nous transporte, que l’on prenne plaisir à le lire, et pour cela il faut, bien sûr, que l’histoire se tienne. Je connais une petite poignée de personnes qui aiment choisir leur nouvel lecture sans lire ne serait-ce qu’une phrase de la quatrième de couverture. Ils veulent être surpris. Ce n’est clairement pas mon cas, je suis bien trop curieuse ! Il faut que le résumé me transporte, bien avant que le roman lui-même !

Vous préférez partir à l’aveugle ou lire scrupuleusement les quatrièmes de couverture ?

Choisir son livre par son auteur.ice.

Qui ne connaît pas un.e lecteur.ice qui collectionne la bibliographie intégrale d’un.e auteur.ice ? On les reconnaît en librairie, se jetant sur la dernière parution de leur auteur préféré, sans même savoir de quoi il en retourne. Parce qu’après tout, pourquoi s’embêter et perdre du temps à lire le résumé lorsque l’on sait pertinemment que la plume de cette autrice va nous emmener bien loin de notre morosité ? Parfois le seul nom de l’auteur d’un roman nous pousse à l’acheter: qu’on le connaisse déjà, qu’on en a entendu grand bien, ou au contraire, grand mal. Il peut même arriver que l’on pense connaître son auteur alors qu’on se rends compte une fois le livre en poche qu’à une lettre près on achetais le roman que l’on cherchait (oui oui, ça peut arriver !). En bref, l’ateur.ice peut être un vrai critère déterminant dans notre recherche du livre parfait.

Quel auteur.ice pouvez-vous suivre aveuglément les parutions ?

Une multitude de critères peut déterminer l’achat d’un nouveau roman. Et chacun possède ses propres critères de sélection. Et vous, quels sont les vôtres ?

Prenez bien soin de vous,

Margaux

🎄| La boîte à idées spéciale cadeaux de Noël

Ho ho ho !

Vous aurez probablement reconnu la fameuse voix du Père Noël, parce que, oui, même si cette année 2020 est bien particulière, vous n’aurez sûrement pas loupé le fait que nous sommes déjà le 16 Décembre et que Noël arrive à grands pas (il court même à ce stade !)

Je me suis donc dis qu’il était temps de vous faire une petite liste d’idées cadeaux, au cas où, comme moi, vous seriez (encore) à la bourre pour vos achats de Noël !

1. Des livres, encore et toujours des livres !

Et oui, je commence par le plus logique pour moi, mais aussi le plus bateau puisque je suis obligée d’offrir au moins un livre chaque année ! Il peut y en avoir pour tous les goûts, que ce soit pour un.e lecteur.ice en herbe, ou un réfractaire de toujours à la lecture. Je vous avais d’ailleurs proposé un article l’an dernier regroupant des idées de livres à offrir pour quelqu’un qui n’aime pas lire, n’hésitez pas à y jeter un œil !

Cette année je vous propose trois livres à glisser sous le sapin de vos proches cette années: un roman, un beau livre et un livre plus tourné vers le développement personnel.

  • Anne de Green Gables, Lucy Maud Montgomery

Anne de Green Gables est une nouvelle traduction du roman jeunesse La maison aux pignons verts de Lucy Maud Montgomery. Elle paraît à la suite de la série qui en est une adaptation sur Netflix: Anne with an « E ». Il faut dire que j’ai découvert cette série ce mois-ci (je vous en reparlerai d’ailleurs bientôt dans un article) et je suis tombée totalement sous le charme de cette histoire, de l’ambiance, des personnages et des paysages de l’île du Prince Edouard au Canada. Ce roman est donc une belle complémentarité à la série, ou une alternative si les séries ne sont pas votre tasse de thé. Cette édition est, qui plus est, vraiment belle, ça serait donc dommage de s’en priver !

Pour qui ? Les fans de la série, les collectionneurs de classiques de la littérature et les adorateurs du 19ème siècle.

Où l’acheter ? LesLibraires.fr ou chez votre libraire préféré !

  • Accidentally Wes Anderson, Wally Koval

Dans ce très beau livre on retrouve les meilleurs clichés du compte Instagram Accidentally Wes Anderson, qui regroupe des photographies rappelant l’univers si particulier et si coloré du génial réalisateur Wes Anderson.

Pour qui ? Les amoureux de cinéma, de Wes Anderson ou de photographies minimalistes et ultra colorées.

Où l’acheter ? LesLibraires.fr ou chez votre libraire préféré !

  • Astro Map, Mathilde Fachan, Clémence Gouy

Ce livre est une belle découverte pour moi qui m’intéresse de près à l’astrologie. Je cherchais un livre complet me permettant de comprendre les subtilités d’un thème astral, et je pense avoir trouvé celui qu’il me fallait. Expliqué pas à pas, avec des illustration aussi claires que jolies, je pense que c’est une bonne mise en jambe pour tous ceux qui s’intéressent aux mystère de l’astrologie.

Pour qui ? Les amateurs d’astrologie, ceux qui veulent apprendre à décortiquer leur propre thème astral, et tous les curieux.

Où l’acheter ? LesLibraires.fr ou chez votre libraire préféré !

2. Toujours plus de culture.

Cette année 2020 a été très dure pour nombre de personnes, de secteurs, mais également pour la culture. Et si on les aidait un peu à Noël en offrant un cadeau culturel ? Un abonnement pour votre musée favoris, pour le petit théâtre de votre ville, pour votre cinéma préféré etc. Bref, un passe culturel qui fera forcément plaisir ! En plus d’aider des infrastructures culturelles, vous ferez également plaisir à votre proche qui ne souhaite qu’une chose: retrouver la liberté d’aller au musée, s’émerveiller devant un spectacle ou manger un maximum de popcorn devant le dernier film sorti au cinéma.

Pour qui ? Tous les amoureux de l’art et de la culture.

Où l’acheter ? Dirigez vous vers vos salles de spectacles, théâtres, musées et cinéma !

3. Des créations étiques.

On l’aura compris, rien n’est plus important cette année que de soutenir les petits créateurs. Pourquoi ne pas s’offrir ou ne pas offrir un beau cadeau dont vous connaissez parfaitement la provenance ? Bijoux, vêtements, décoration, nourriture aussi pourquoi pas ? Internet regorge de petites pépites qui n’attendent que d’être découvertes. Et même si le prix s’en ressentira probablement, c’est parfois bien d’offrir moins, mais « mieux ». Il peut aussi être intéressant de passer par l’option carte cadeaux. Certains l’auront mis en place pour les fêtes ! Puis si en plus on peut aider des créateurs en difficulté, c’est du gagnant/gagnant vous ne trouvez pas ?

Pour qui ? Tout le monde: que l’on aime les jolis vêtements, les jolies bijoux, ou les jolies choses tout simplement.

Où l’acheter ? Etsy reste un site de référence, mais il est aussi possible de farfouiller les réseaux comme Instagram qui regorgent de bonnes adresses. N’hésitez pas à chercher !

4. De jolis moments et souvenirs

Parcequ’un beau cadeau n’a pas besoin d’être cher, et qu’il est tout à fait possible de faire plaisir à nos proche sans impacter notre portefeuille qui est loin d’être au beau fixe cette année. Il est temps d’investir dans le réel, dans l’immatériel et le seul pur plaisir de vivre des moments ensemble. Que ce soit sous forme de petites cartes cadeaux faites mains et proposant nos services pour un câlin, une après-midi ciné à la maison ou un atelier cuisine improvisé, sous forme de DIY ou de boîte à souvenirs, tout est bon à prendre pour faire plaisir. N’oubliez jamais qu’un beau cadeau ne se mesure pas à sa valeur pécunière mais au souvenir qu’il laisse dans son sillon. Et ça, ça na pas de prix !

Et vous, qu’avez-vous prévu d’offrir à Noël ? Dites-moi tout !

Et en attendant, prenez bien soin de vous,

Margaux

📖 | Les filles de Salem : comment nous avons condamné nos enfants, Thomas Gilbert

Les filles de Salem : comment nous avons condamné nos enfants, Thomas Gilbert

Roman Graphique, Historique

★★★★☆

TW : Abus sexuels, Viol, Sang, Meurtre, Injures, Mort, Violence, Lapidation, Pendaison

Nous devenons, grâce à toi, une communauté. Des parias, des haïes ! Mieux que ça, nous sommes une sororité !


De quoi ça parle ?

Une plongée passionnante et terrifiante dans l’univers étriqué et oppressant de la colonie de Salem, en Nouvelle-Angleterre, au 17ème siècle. Un village dont le nom restera tristement célèbre pour l’affaire dite des « Sorcières » qu’Abigail nous raconte, elle qui, à 17 ans, fut une des victimes de l’obscurantisme et du fanatisme religieux à l’œuvre. Tout commence quand un jeune garçon lui offre un joli petit âne en bois sculpté…


Ce que j’en pense ?

Les filles de Salem est un roman graphique qui relate les tristement célèbres procès aux sorcières de la petite ville de Salem. Et une chose est sûre, c’est qu’elle n’est pas à mettre entre toutes les mains, tant l’histoire et les différentes planches sont empreintes d’une puissante violence.

Mais c’est également une lecture importante, que l’on se doit de connaître, afin que ces femmes victimes du sexisme, de la violence et de l’ignorance de leur époque, ne soient pas oubliées.

Abigail Hobbs tient ici le rôle de narratrice et nous raconte son histoire. C’est par ses yeux que l’on voit l’atmosphère de tout un village se modifier peu à peu, de la méfiance, à la violence pure. Elle nous raconte comment tout a basculé, comment un amour non partagé et un grand mépris pour l’inconnu a poussé un homme a commettre l’irréparable. Comment un village entier, manipulé par un prédicateur souhaitant assouvir sa toute puissance, bascule vers l’horreur.

Les dessins sont très graphiques, et rendent la lecture difficile car émotionnellement engageants. Les couleurs sont vives, et le diable nous est fréquemment représenté à la manière de la menace toute puissante planant sur Salem. Mais alors que les villageois le perçoivent en ces femmes accusées de sorcellerie, ici Thomas Gilbert ne s’y trompe pas. Le diable se cache derrière tout ces actes terribles perpétué au nom d’une religion poussée au fanatisme.

Une longue palette de sentiments se fait ressentir tout au long de la lecture. Choc, colère, révolte, tristesse, tout y passe, et c’est encore plus glaçant lorsque l’on replace toute cette histoire dans notre propre réalité historique. Les couleurs s’assombrissent, les visages se déforment, le tout étant très bien mené par un scénario devenant de plus en plus oppressant, jusqu’au climax final et cette fin que l’on voit tristement se profiler (et qui ne nous surprends guère puisque malheureusement écrite dans l’histoire).

Une lecture à éloigner des plus jeunes et des plus sensibles car foncièrement violente et graphique. Mais une lecture puissante, qui blesse, qui touche et qui révolte. Un sujet important et des femmes que l’on ne doit surtout pas oublier.

Ce livre est dédié aux sorcières d’aujourd’hui et de demain. Que le feu jamais ne s’éteigne !

📚 | Bookshelf Tour : la liste exhaustive des livres peuplant ma bibliothèque.

Pour l’article du jour, je vous propose de venir faire un tour dans ma bibliothèque, à la découverte de la totalité des livres qui y sont entreposés religieusement ! Vous pourrez notamment y dénicher une nouvelle idée de cadeau à offrir pour Noël ou encore vous inspirer pour votre prochaine lecture. Oh et si dans le lot il y en a qui vous intéressent, que vous avez en commun ou que vous avez détesté, n’hésitez pas à me dire !

Etagère 01 : Des lectures graphiques

Le coup de cœur de l’étagère : Bergères Guerrières, tomes 1 à 3, Jonathan Garnier, Amélie Fléchais

Les chroniques disponibles :

Etagère 02 : Du Young Adult, et seulement du Young Adult

Le coup de cœur de l’étagère : Caraval et Legendary, Stephanie Garber

Les chroniques disponibles :

Etagère 03 : Ma collection Mortal Instruments

Le coup de cœur de l’étagère : City of Bones, édition anniversaire – 10 ans, Cassandra Clare

Etagère 04 : Lectures VO et littérature adulte

Le coup de cœur de l’étagère : Circé, Madeline Miller

Les chroniques disponibles :

Etagère 06 : Les sagas Young Adult

Le coup de cœur de l’étagère : La passe-miroir, tomes 1 à 4, Christelle Dabos

Etagère 07 : Ma Pile à Lire

Tous les livres de ma PAL sont disponible sur cette page. N’hésitez pas à y jeter un œil si ça vous intéresse !

Avez-vous déniché quelques idées ? Quels sont les livres que vous avez aussi dans votre bibliothèque ? Ceux que vous avez aimé ? Ceux que vous avez détesté ? Ca m’intéresse !

En attendant prenez bien soin de vous,

Margaux

🎙️| Ecouter la littérature : les podcasts littéraires

J’ai fais une découverte : les podcast littéraires.

Alors que je n’avais jamais été attirée par le format podcast, j’ai voulu m’y essayer un jour, histoire de ne pas mourir bête. Et j’ai bien fait ! Il en existe un nombre presque illimité, sur des sujets très variés, mais aussi sur plusieurs plateformes histoire que vous puissiez ne jamais vous ennuyer, que vous soyez un fervent défenseur de Deezer ou un utilisateur acharné de Spotify (barrer les mentions inutiles et remplacer par votre plateforme favorite).

Depuis, j’en écoute régulièrement, majoritairement des podcasts culturels, autour de la littérature, de la photographie, mais aussi certains sur des sujets de sociétés qui peuvent me toucher ou m’intéresser. Une vraie mine d’informations super intéressantes, dans un format vraiment chouette, pour des épisodes de quelques minutes à plus d’une heure. On trouve forcément le format adéquat, que l’on cherche à s’occuper pendant son trajet pour aller au travail, que lors d’une longue séance de ménage.

Aujourd’hui j’aimerai vous faire découvrir, si ce n’est déjà fait, 4 de mes podcasts favoris autour de la littérature !

Formæ – Le podcast BD

Un podcast tout récent puisque seulement deux épisodes sont sortis, mais qui promet d’être intéressant. J’aime beaucoup la bande dessinée, mais il est vrai que j’en lis très peu, et je suis toujours à la recherche de bons conseils. J’ai déjà pu noter quelques recommandations suite à son épisodes présentant 5 autrices LGBT+, et je pense que ma Wish List risque de s’agrandir suite aux prochains.

Ce podcast qui nous est présenté par Louise (alias Schausette), risque d’être une petite mine à pépites graphiques et rien que pour ça je risque de suivre avec attention les épisodes à venir !

Où l’écouter ? Spotify

La Rencontre Fortuite

On continue avec un podcast littéraire tournant autour de thématiques et mouvements littéraires. Des points théoriques très intéressants que ce soit d’un point de vue culturel que d’un point de vue historique, avec des épisodes entre 25 et 45 minutes, et un vrai travail de recherche derrière.

J’ai adoré l’épisode sur la figure de la Lune, ainsi que celui sur les Pionnières de la littérature. A écouter d’urgence !

Où l’écouter ? Spotify

Chambre Obscure

Un podcast qui se rapproche du précédent puisqu’il traite de la littérature sous un aspect théorique, autour de thématiques précises. Et encore une fois, le travail de recherche est précis, et j’adore apprendre pleins de choses en l’écoutant. Les épisodes sont plus courts, une vingtaine de minutes, et la longueur est parfaite lorsqu’on a peu de temps devant nous.

L’épisode sur la figure du Diable et celui sur le Roman Gothique m’ont particulièrement plu. Je vous conseille vraiment ce podcast, d’autant plus si vous cherchez de quoi occuper vos différents trajets !

Où l’écouter ? Spotify

Adapte-moi si tu peux

Ce dernier podcast mêle littérature et cinéma et traite des différentes adaptations de romans au cinéma ou en séries. Ici il vous faudra un peu de temps devant vous puisque les épisodes durent plus d’une heure à chaque fois, mais soyez rassurés, on ne les voit pas passer. Les débats sont intéressants, et bien étayés, on apprend plein de petits détails et d’anecdotes, le tout avec des avis personnels qui enrichissent chacun des épisode.

Je n’ai pas eu le temps d’écouter beaucoup d’épisodes, mais je ne manquerai pas d’en écouter davantage !

Où l’écouter ? Spotify

Et vous ? Ecoutez-vous des podcast ? Si oui, lesquels me conseillerez-vous ? Et est-ce que vous connaissiez ceux que je viens de vous présenter ? Venez en discuter avec moi, je suis preneuse de tout conseil ou avis concernant ce format 🙂

Prenez-soin de vous,

Margaux

📚 | Ces livres qui parlent photographie.

Ce n’est pas parce qu’il s’agit de photographie qu’on s’éloigne du monde des livres. Forcément, la première catégories de livres qui nous vient à l’esprit lorsque l’on parle photographie correspond aux beaux livres. Ces gros livres, rétrospectives des œuvres d’un même photographe ou autour d’une thématique ou d’une période bien précises. Mais il existe également des livres théoriques sur l’histoire ou la technique, des biographies de photographes, et parfois même de la fiction.

Et si on faisait un petit tour d’horizons des catégories avec une petite sélection ? Un livre par catégorie, pour vous donner envie de découvrir la photographie d’une manière différente.

Beaux Livres

Paris Doisneau, Robert Doisneau, édition Flammarion

On commence par un classique : une petite brique de presque 400 pages où l’on découvre l’œuvre de Doisneau autour de Paris. Il regroupe des photos célèbres du photographe autour de thématiques distinctes, le tout marquant le témoignage d’une époque tour à tour ancrée dans le quotidien, volage ou encore révoltée. Une rétrospective très inspirante !

Où l’acheter ? Leslibraires.fr

L’histoire de la photographie

Tout sur la photo : Panorama des mouvements et des chefs-d’œuvre, Collectif, Flammarion

Un livre très complet sur l’histoire de la photographie, pour en apprendre davantage sur les mouvements photographiques, et les œuvres et artistes essentiels de l’invention de la photographie à l’ère contemporaine. Un vrai must-have pour tout les amoureux de la photographie !

Où l’acheter ? Leslibraires.fr

Tout savoir sur la technique

Composez, réglez, déclenchez : la photo pas à pas, Anne-Laure Jacquart, édition Eyrolles

Si vous voulez en savoir plus sur la technique, une multitude de livres existent: la lumière, la composition, la vitesse d’obturation, plus rien n’aura de secrets pour vous. Si vous voulez prendre en main votre appareil, vous trouverez également votre bonheur avec des livres sur une marque ou un modèle précis.

Ici, le livre de la photographe Anne-Laure Jacquart vous propose une méthode ludique à compléter avec des exercices pour bien assimiler les points abordés !

Où l’acheter ? Leslibraires.fr

De la fiction biographique

Une femme en contre-jour, Gaëlle Josse, édition Notabilia

De quoi ça parle ? « Raconter Vivian Maier, c’est raconter la vie d’une invisible, d’une effacée. Une nurse, une bonne d’enfants. Une photographe de génie qui n’a pas vu la plupart de ses propres photos. […] L’histoire d’une femme libre, d’une perdante magnifique, qui a choisi de vivre les yeux grands ouverts. »

J’aime beaucoup l’œuvre de Vivian Maier que je trouve très touchante mais aussi très inspirante. Gaëlle Josse, raconte ici son histoire bien singulière et sa reconnaissance posthume.

Où l’acheter ? Leslibraires.fr

Bien sûr, je pourrais vous nommer une multitude de titres, notamment de livres centrés autour de photographe que j’aime et qui m’inspire, mais je préférais vous faire une petite sélection de livres que j’avais déjà lu, ou que j’avais en ma possession. Un autre article viendra compléter cette sélection, avec les titres de livres que je rêve de collectionner !

En attendant j’espère que cette petite liste vous aura plu, et qu’elle vous aura donné, pourquoi pas, une petite idée cadeau à glisser sous le sapin !

Prenez soin de vous,

Margaux

📖 | La neuvième maison, Leigh Bardugo

La neuvième maison, Leigh Bardugo

Thriller, Fantasy

★★★★☆

TW : Relation abusive, sang, mort, trauma, alcool, drogue, overdose, viol, blessures sérieuses, violence

Voilà l’effet qu’avait la magie : elle révélait la personne que vous étiez avant que la vie ne vous retire vos croyances en l’impossible. Elle redonnait aux enfants solitaires, le monde qu’ils désiraient de toutes leurs forces.


De quoi ça parle ?

Alex Stern, 20 ans, la seule survivante d’un massacre inexpliqué, se voit offrir la chance d’intégrer l’université de Yale. Elle est en même temps recrutée par une société secrète, Lethe, la neuvième maison qui supervise huit autres maisons magiques dans lesquelles des personnalités pratiquent la magie. Alex a été choisie car elle peut voir les fantômes, les posséder et voler leurs pouvoirs.


Ce que j’en pense ?

J’ai beaucoup entendu parlé de cette autrice mais également de ce roman dont la sortie était très attendue. Leigh Bardugo, connue majoritairement pour sa saga jeunesse Six of Crows et son Grishaverse, se lance ici dans un roman adulte, mêlant le thriller et la fantasy, que j’ai beaucoup aimé. Une histoire de fantômes, de sociétés secrètes, de magie, le tout au sein de la prestigieuse université de Yale, rien ne pouvait plus me donner envie !

L’ambiance était idéale pour mes nuits d’Automne, un poil effrayante, juste ce qu’il faut pour me faire parfois frissonner, moi qui suit la plus grande trouillarde de la Terre. J’ai adoré le cadre dans lequel l’autrice situe son intrigue. On se retrouve donc plongés dans une histoire mêlant différentes confréries secrètes utilisant une magie parfois très sombre. Il faut dire que j’ai toujours été attirée par les histoires se déroulant dans de grandes universités, et encore plus lorsqu’il s’agit de sociétés secrètes. Ajoutez-y une bonne dose de magie et me voilà comblée !

J’ai pourtant eu beaucoup de mal à rentrer dans l’histoire. Je dois vous le dire, le début de ma lecture a été laborieux. Pourquoi ? Je pense que c’est principalement dû à l’univers qui met du temps à se mettre en place, et au fait que l’on doit assimiler plusieurs personnages en même temps qu’un grand nombre de sociétés ainsi que chacune de leurs caractéristiques, le tout dans une double temporalité qui n’aide pas forcément à la compréhension.

C’était assez frustrant d’ailleurs, parce que je sentais que j’étais face à un roman qui allait me plaire et dont l’univers me plaisait beaucoup, et pourtant je n’arrivais pas à être assez concentrée pour en profiter pleinement. Mais passées les 100 premières pages environ, je suis rentrée pleinement dedans pour ne plus le lâcher jusqu’à la toute fin.

Contrairement à certains lecteurs, je n’ai pas eu de mal avec Alex, notre personnage principal. Je l’ai trouvée bien construite, assez complexe, et je m’y suis rapidement attachée. Darlington, quant à lui, m’a intéressé, mais je l’ai trouvé finalement peu présent, et peu exploité. J’espère qu’il le sera davantage dans la suite de cette saga, même si je ne me fait pas vraiment de soucis au vu de la fin de ce premier tome.

Les personnages secondaires ont tous leurs importances, et je pense que les différentes relations qui lient les personnages tendent à s’intensifier par la suite, ce qui serait un vrai plus pour étoffer cette intrigue déjà bien dense.

J’ai également apprécié la traduction qui, je pense, retranscrit bien le style de l’autrice. J’aime d’ailleurs toujours les doubles temporalités dans les romans, et j’ai trouvé qu’elle remplissait son rôle à merveille : elle installe une tension et une aura de secret qui nous pousse à en vouloir davantage, à lire rapidement pour savoir le fin mot de toute cette histoire. La disparition de Darlington est notamment très bien gérée, tout comme l’histoire personnelle et bien mystérieuse de Stern.

Quelques longueurs viennent tout de même un peu peser sur ce roman qui contient déjà beaucoup d’éléments à assimiler. Cela peut rendre la lecture plus difficile et décourager certains lecteurs. Mais si on s’accroche, je trouve que l’histoire en vaut vraiment la peine !

Un roman que je conseille vivement et qui rappelle une certaine esthétique Dark Academia qui marche bien en ce moment. Mais attention tout de même aux âmes les plus sensibles, La Neuvième Maison n’est pas un roman facile et certains thèmes ou certaines scènes peuvent être difficiles à lire.

Une lecture parfaite sous un plaid (quelle lecture n’est pas parfaite pour s’enrouler dans un plaid me direz-vous ?), à déguster lentement pour profiter de toutes ses complexités !

Mors irrumat omnia. La mort nous baise tous.

Où l’acheter ? Leslibraires.fr

💬 | Vers un peu plus de minimalisme.

Lorsque j’ai commencé à réfléchir à l’idée de discuter littérature sur internet, que ce soit par le biais d’un blog ou par le biais de YouTube, j’ai tout de suite été atteinte de ce que l’on pourrait appeler une frénésie d’achats livresques.

Je regardais toutes ces vidéos booktube, où chacun et chacune présentait des piles de livres qui m’avaient l’air tellement intéressants. Moi aussi j’avais envie de partager ma passion, moi aussi j’avais envie de faire partie de ceux qui permettent aux autres de découvrir des pépites, de partager avec d’autres lecteurs mes différentes émotions face aux pages noircies d’encre. Et la première chose qui me venait à l’esprit c’était que je ne lisais pas assez, et surtout: que je n’avais peut être pas assez de livres dans ma bibliothèque.

Une sorte de compétition sous-jacente est apparue, seulement parce que je me mettais une pression inutile. Je me devais de lire tel roman, ou tant de romans, pour me sentir légitime face à ma caméra, mais surtout, face à mon audience. Je perdais l’habitude de lire une saga d’une traite pour pouvoir discuter de livres plus variés, et c’est aussi comme ça que j’ai commencé des séries de livres que je ne finirais jamais pour la simple et bonne raison que je ne me souviens plus du premier tome. Et ça me fait de la peine de me dire que j’ai perdu en chemin tout ce qui faisait de moi une lectrice unique, c’est à dire avec mes propres goûts littéraires, mes propres envies et mon propre rythme de lecture.

Les premiers mois après le début de mon aventure sur YouTube, voire même les premières années, j’ai d’ailleurs acheté et encore acheté, des livres que je ne lirais, pour la plupart, jamais. Sauf qu’à l’époque, je ne m’en rendais pas compte, j’avais juste envie d’acquérir mes précieux romans. C’est à ce rythme que ma pile à lire a augmenté, encore et encore, jusqu’à presque m’ensevelir ! (Bon. Peut être pas tant, mais vous avez compris l’idée.)

Aujourd’hui, je me rends compte que cette frénésie d’achats m’a finalement beaucoup desservie et m’a petit à petit éloignée de mon plaisir initial qui était de me rendre dans une librairie pour pouvoir découvrir ma prochaine lecture. Je ne prenais plus le temps de farfouiller, je me fiais aveuglément aux multiples recommandations que je voyais fleurir sur les réseaux, sans forcément réfléchir profondément à ce qui me plaisait réellement dans la lecture, quels thèmes me touchaient davantage ou encore quelles intriguent m’embarquaient réellement dans mon imaginaire. Et c’est triste.

L’idée dans la littérature, c’est de pouvoir découvrir des univers qui nous font vibrer, qui nous émeuvent et qui nous poussent à réagir. Et c’est finalement tellement personnel. Je me rend compte aujourd’hui, que le but de partager mes lecture mais surtout mes émotions face à un roman, n’est pas de faire à tout prix acheter tel ou tel ouvrage à quelqu’un qui me lit ou me regarde. Non, c’est bien plus que ça. Le but de ce partage c’est avant tout que la personne qui me lit ou me regarde, retrouve cette petite étincelle, cette vibration si particulière d’une lecture qui nous donne envie. Bien plus qu’un simple « oh, elle a aimé, je vais peut être aimé aussi qui sait ! ».

Il faut chercher au plus profond de soi ce qui nous plait, ce qui nous fait vibrer pour ensuite choisir LE livre qui nous appelle.

Comme je vous le disais, aujourd’hui je m’éloigne petit à petit de ce schéma pour m’écouter davantage. J’achète beaucoup moins de livres, même si ça reste un vrai plaisir d’acquérir de nouveaux ouvrages pour ma chère bibliothèque. Mais je ne suis plus du tout dans cette optique de surenchère, de « je veux à tout prix une bibliothèque remplie de livres », surtout si c’est pour qu’ils restent non lus des années plus tard.

Je ne me prive pas non plus d’acheter un roman qui me tente beaucoup, même si ma PAL est encore longue, mais je fais des choix beaucoup plus réfléchis et ne me jette pas sur le dernier roman à la mode sous prétexte que tout le monde l’a adoré. Spoiler Alert : ce sont rarement ces romans là qui me restent en tête.

J’ai également fait beaucoup de tri. Ma PAL était montée à plus d’une cinquantaine de livres (voire même un peu plus) et ça m’angoissait finalement beaucoup. J’avais l’impression d’être oppressée, je m’en voulais de lire de nouveaux livres alors que des reliques prenaient encore la poussière dans ma bibliothèque. J’ai donc dis aurevoir à tous ces romans qui ne me tentaient plus beaucoup et ceux que j’avais oublié depuis tant d’années. Pour faire réduire ma PAL à 32 livres.

Cela me paraît encore beaucoup, et j’essaie encore de réduire cette PAL en prolongeant ma période zéro achat, même si je peux faire quelques exceptions. Mais je me dis maintenant, qu’après tout, un livre que j’ai toujours envie de découvrir des semaines ou des mois après y avoir songé pour la première fois, est un livre qui me fait réellement vibrer et qui mérite toute mon attention. Ce qui n’est pas le cas de toutes les sorties littéraires.

En bref, une nouvelle façon de voir les choses qui me correspond mieux et qui se trouve être plus en adéquation avec ma façon d’être et de penser. Parfois, un peu plus de minimalisme dans notre vie peut nous faire du bien.

Qu’en pensez-vous ? Quel est votre rapport à votre pile à lire ? Acheteurs compulsif ou maîtres du zéro achat ?

Prenez soin de vous,

Margaux