📚| Cold Winter Challenge 2020 : ma PAL

La fin du Pumpkin Autumn Challenge marque également le début d’un autre challenge bien connu de la bookosphère : le Cold Winter Challenge ! Et comme chaque année, j’aime créer une pile à lire dédiée, que je ne suivrai probablement pas, soyons honnêtes !

Cette année, il a été repris par la booktubeuse L’enluminée et je vous laisse aller voir sa vidéo complète sur la présentation de cette nouvelle édition si vous voulez en savoir plus !

Plongeons notre bout de nez sous un plaid bien chaud, sirotons un bon chocolat chaud, et c’est parti ! Quelques changements en cours de route seront probablement à prévoir, mais voilà ce que je prévois de lire en ces longs mois d’hiver :

Magie de Noël

Under the mistletoe : Romance de Noël, Roman feel good dont l’histoire se passe avant, à Noël ou pendant le jour de l’an.
  • En cours de recherche…

Des conseils de romans entrant dans cette catégorie ?

Raclette : Famille, Amis, Secret
  • Gardiens des cités perdues, tome 5: Projet Polaris, Shannon Messenger

De quoi parle le premier tome ? Depuis des années, Sophie sait qu’elle n’est pas comme tout le monde. Elle se sent à part à l’école, où elle n’a pas besoin d’écouter les cours pour comprendre. La raison ? Elle est dotée d’une mémoire photographique… Mais ce n’est pas tout : ce qu’elle n’a jamais révélé à personne, c’est qu’elle entend penser les autres comme s’ils lui parlaient à voix haute. Un casque vissé sur la tête pour empêcher ce bruit de fond permanent de la rendre folle, elle se promène un matin avec sa classe au musée d’Histoire naturelle quand un étrange garçon l’aborde. Dès cet instant, la vie qu’elle connaissait est terminée : elle n’est pas humaine et doit abandonner son existence entière pour rejoindre un autre univers, qu’elle a quitté douze ans plus tôt. L’y attendent une pléiade de nouveaux condisciples, amis et ennemis, et une question obsédante : qui est-elle ? Pourquoi l’a-t-on cachée dans le monde des humains ? Pourquoi n’a-t-elle que des souvenirs partiels de son passé ?

La danse de la fée Dragée : Rêves, Univers onirique, Fantasy, Fantastique
  • Le Sorceleur, tome 1 : Le dernier vœu, Andrzej Sapkowski

De quoi ça parle ? Geralt de Riv est un personnage étrange, une bizarrerie de la nature, un mutant qui, grâce à la magie et à un long entraînement, mais aussi grâce à un mystérieux élixir, est devenu un meurtrier parfait. Ses cheveux blancs, ses yeux nyctalopes et son manteau noir effrayent et fascinent. Il parcourt des contrées pittoresques en gagnant sa vie comme chasseur de monstres. En ces temps obscurs, ogres, goules et vampires pullulent, et les magiciens sont des manipulateurs experts. Contre ces menaces, il faut un tueur à gages à la hauteur. Car Geralt est plus qu’un guerrier ou un mage. C’est un Sorceleur. Il est unique.

Au cours de ses aventures, il rencontrera une autoritaire mais généreuse prêtresse, un troubadour paillard au grand cœur, et une magicienne capricieuse aux charmes vénéneux. Amis d’un jour, amours d’une nuit.
Mais au bout de sa quête, peut-être pourra-t-il prononcer son dernier vœu : retrouver son humanité perdue…

Hiver Mystérieux

Yule : Mythologie, Légendes, Divinités
  • Le chant d’Achille, Madeline Miller

De quoi ça parle ? Patrocle, jeune prince maladroit, part en exil à la cour du roi Pélé. Il y rencontre Achille, son exact contraire, doué pour tout ce qu’il entreprend. Malgré leurs différences, les deux jeunes hommes deviennent inséparables. Le destin les mènent à la guerre de Troie. La violence des Dieux et des hommes fera de leur histoire un drame.

Reine des Neiges : Femme de pouvoir, Féminisme, Sorcière
  • Les filles de Salem : Comment nous avons abandonné nos enfants, Thomas Gilbert

De quoi ça parle ? Patrocle, jeune prince maladroit, part en exil à la cour du roi Pélé. Il y rencontre Achille, son exact contraire, doué pour tout ce qu’il entreprend. Malgré leurs différences, les deux jeunes hommes deviennent inséparables. Le destin les mènent à la guerre de Troie. La violence des Dieux et des hommes fera de leur histoire un drame.

New Year, New Me : Métamorphose, Transformation, Evolution
  • Miss Pérégrine et les enfants particuliers, tome 3 : La bibliothèque des âmes, Ransom Riggs

De quoi parle le premier tome ? Jacob est un ado comme les autres, excepté qu’il se pose des questions sur son mystérieux grand-père. Quelles sont ces étranges photos d’enfants qu’il lui montrait quand il était petit ? Les histoires qu’il lui contait sur eux étaient-elles vraies? Et pourquoi disparaissait-il aussi souvent ?
Tout s’accélère le jour où il le retrouve blessé dans son jardin. Jacob a vu des monstres, il en est sûr, et personne ne veut le croire. Il ne lui reste qu’à suivre les dernières instructions qu’a murmuré son grand-père avant de rendre son dernier souffle…

Marcher ensemble dans la neige

Rennes du Père Noël: Animaux, Nature, Ecologie
  • Uprooted, Naomi Novik

De quoi ça parle ? Patiente et intrépide, Agnieszka parvient toujours à glaner dans la forêt les baies les plus recherchées, mais chacun à Dvernik sait qu’il est impossible de rivaliser avec Kasia. Intelligente et pleine de grâce, son amie brille d’un éclat sans pareil. Malheureusement, la perfection peut servir de monnaie d’échange dans cette vallée menacée par la corruption. Car si les villageois demeurent dans la région, c’est uniquement grâce aux pouvoirs du « Dragon ». Jour après jour, ce sorcier protège la vallée des assauts du Bois, lieu sombre où rôdent créatures maléfiques et forces malfaisantes. En échange, tous les dix ans, le magicien choisit une jeune femme de dix-sept ans qui l’accompagne dans sa tour pour le servir. L’heure de la sélection approche et tout le monde s’est préparé au départ de la perle rare. Pourtant, quand le Dragon leur rend visite, rien ne se passe comme prévu…

Aurores Boréales : Périple, Aventure, Voyage
  • Le Hobbit, JRR Tolkien

De quoi ça parle ? Bilbo, comme tous les hobbits, est un petit être paisible qui n’aime pas être dérangé quand il est à table. Mais un jour, sa tranquillité est troublée par la venue d’un magicien nommé Gandalf, et de treize nains barbus qui n’ont qu’une idée en tête : récupérer le trésor de leurs ancêtres, volé par Smaug le dragon sur la Montagne Solitaire. Suite à un malentendu, Bilbo se retrouve malgré lui entraîné dans cette périlleuse expédition.

Carol of the Bells : Lire un roman choral
  • Dash & Lily’s Book of Dares, Rachel Cohn, David Levithan

De quoi ça parle ? « Je t’ai laissé quelques indices. Si tu veux les avoir, tourne la page. »
Quand Dash met la main sur un mystérieux carnet rouge dans sa librairie préférée, il est loin de se douter qu’il est sur le point d’embarquer dans l’aventure d’une vie. Il découvre au fil des pages une liste de défis.
Un peu mélancolique à l’approche de Noël, il décide de suivre les instructions du carnet, qui l’emmèneront aux quatre coins de la ville qui ne dort jamais, dans les pas de Lily…

Hiver obscur

Fantôme des Noëls passés : Fantômes, Revenants, Voyage temporel, Jeu avec les époques
  • The Last Magician, tome 2 : The Devil’s Thieves, Lisa Maxwell

De quoi parle le premier tome ? Arrêter le magicien. Voler le Livre. Sauver le futur.
De nos jours à New York, les magiciens vivent terrés dans Manhattan, piégés par le Brink, une barrière d’énergie sombre inventée par l’Ordre. S’ils la traversent, ils perdent leur pouvoir, et souvent leur vie.
C’est compter sans Esta, une magicienne ultra-douée qui récupère des artéfacts de l’Ordre en voyageant dans le temps. En effet, la jeune fille a le don de circuler à travers les époques. Et l’heure de sa grande mission est venue : elle doit se rendre en 1902 et empêcher un Magicien de se jeter du haut du pont de Brooklyn avec le Livre ancien contenant les secrets de l’Ordre. Esta saura-t-elle trahir le passé et ceux qu’elle aime pour sauver l’avenir ?

Frissonner sous un plaid : Horreur, Epouvante, Thriller, Suspens
  • The Promised Neverland, tome 2, Kaiu Shirai, Posuka Demizu

De quoi parle le premier tome ? Emma, Norman et Ray coulent des jours heureux à l’orphelinat Grace Field House. Entourés de leurs petits frères et sœurs, ils s’épanouissent sous l’attention pleine de tendresse de « Maman », qu’ils considèrent comme leur véritable mère. Mais tout bascule le soir où ils découvrent l’abominable réalité qui se cache derrière la façade de leur vie paisible ! Ils doivent s’échapper, c’est une question de vie ou de mort !

Nuit du solstice : Lire un livre de moins de 300 pages
  • The Wicked and the Divine, tome 1 : Faust Départ, Kieron Gillen, Jamie McKelvie

De quoi ça parle ? Tous les 90 ans ou presque, douze dieux se réincarnent dans le corps de jeunes adultes. Ils sont charismatiques et brillants. Ils se tiennent devant des foules immenses, qu’ils emmènent dans l’extase au travers de langues inconnues. La rumeur veut qu’ils soient capables de miracles. Ils sauvent des vies, que ce soit métaphorique ou bien concret. Ils sont aimés. Ils sont détestés. Ils sont brillants. Dans moins de deux ans, ils seront tous morts…

Au chaud devant la cheminée

Grands enfants : Lire un livre jeunesse
  • Une braise sous la cendre, tome 3: Le prix du sang, Sabaa Tahir

De quoi parle le premier tome ? Autrefois l’Empire était partagé entre les Érudits, cultivés, gardiens du savoir, et les Martiaux, armée redoutable, brutale, dévouée à l’empereur. Mais les soldats ont pris le dessus, et désormais quiconque est surpris en train de lire ou d’écrire s’expose aux pires châtiments. Dans ce monde sans merci, Laia, une esclave, et Elias, un soldat d’élite, vont tout tenter pour retrouver la liberté… et sauver ceux qu’ils aiment.

Vitrine de Noël : Livre un livre illustré ou une lecture graphique autour du thème de l’Hiver et de Noël
  • En cours de recherche…

Des conseils de romans entrant dans cette catégorie ?

Chocolat chaud : Lire un livre qui nous fait du bien
  • Heartstopper, book 3, Alice Oseman

De quoi parle le premier tome ? Ceci est l’histoire de deux lycéens. Nick, le rugbyman au sourire solaire. Charlie, le musicien au cœur solitaire. Parce qu’ils évoluent dans des cercles différents, parce qu’ils n’ont pas le même caractère, leur amitié n’était pas gagnée. Pourtant, petit à petit, de façon irrésistible, Charlie tombe amoureux. Même s’il sait que Nick aime les filles. Même s’il sait qu’il n’a aucune chance. Alors, pour ne pas mettre en péril cette amitié naissante qui compte pour lui plus que tout, Charlie préfère garder le silence…

J’ai donc choisi un livre pour chaque catégorie de chaque menu, histoire de pouvoir piocher tranquillement dans une pile à lire la plus large possible ! Et vous, participez-vous à ce challenge qui sent bon l’hiver ? Et si oui, quels livres constituent votre PAL ?

Bonne chance à tous pour ce nouveau challenge ! Je reviendrai bien entendu vous parler de mon avancée au fur et à mesure et en attendant, je vous souhaite de jolies lectures !

Prenez soin de vous,

Margaux

📚| Pumpkin Autumn Challenge : le bilan.

La fin du mois de Novembre est arrivé, et avec lui : la fin du Pumpkin Autumn Challenge !

En Septembre je vous montrais ma pile à lire spécialement conçue pour ce challenge qui sent bon l’automne, la citrouille et les petites frayeurs. Mais trois mois plus tard, qu’en est-il de cette liste ? Quels menus ont pu être validés ? Quels livres n’ont finalement pas été piochés et lesquels ont été dévorés ? Je vous fais un petit bilan de ces derniers mois de lecture !

Cette année le challenge se composait donc de trois catégories : Automne Frissonnant, Automne Douceur de Vivre et Automne des Enchanteresses et j’avais prévu une lecture par sous catégories (excepté une), pour un total de 11 livres.

Je n’ai bien entendu pas tout lu: je préfère toujours prévoir large pour pouvoir piocher dans ma liste et avoir le choix. Mais c’est avec un score honorable de 7 lectures que je termine ce challenge, et je dois dire que j’en suis plutôt fière ! Moi qui sort d’une grande lignée de pannes de lecture, je m’en suis plutôt bien sortie, non ?

Je valide donc les deux sous-catégories par menu du challenge pour le menu Ça s’appelle avoir les crocs ! Yaay

Automne Frissonnant

Je suis Médée, vieux crocodile !

Mot-clé correspondant : Thriller

  • La neuvième maison, Leigh Bardugo |

C’est ma toute dernière lecture du mois de Novembre. Je l’ai même terminée à la dernière minute puisque j’ai refermé mon livre le 30 exactement ! Je vous en parlerai bien entendu dans une prochaine chronique, mais je peux déjà vous dire que j’ai adoré ma lecture et qu’il me tarde de pouvoir avoir la suite entre mes mains !

Les chimères de la sylve rouge

Mot-clé correspondant : Vampire

  • Twilight, tome 2 : Tentation, Stephenie Meyer |

Je vous ai fait un article pour vous parler de ma relecture de la saga, je vous laisserai y jeter un œil. Cependant, je dois dire que c’est en grande partie grâce à cette relecture que j’ai pu valider ce challenge. J’y ai pris tellement plaisir que j’ai enchaîné les romans sans réellement m’en rendre compte. Un vrai plaisir !

Les supplices de la belladone

Mot-clé correspondant : Un livre à la couverture noire

  • Twilight, tome 3 : Hésitation, Stephenie Meyer |

Automne Douceur de Vivre

Il fait un temps épouvantail !

Mot-clé correspondant : Halloween

  • Pumpkin Head, Rainbow Rowell |

Un roman graphique tout doux qui m’a plongée dans l’ambiance si particulière de l’automne et d’Halloween. J’ai adoré cette petite histoire qui sentait bon les friandises au milieu des champs de citrouilles et des labyrinthe de blés !

Fafnir ton assiette, sinon pas de piécette !

Mot-clé correspondant : Créature Fantastique

  • Midnight Sun, Stephenie Meyer |

Je vous écrivais une chronique il y a peu sur ce « nouveau » roman de la saga Twilight. Pour mon avis complet, n’hésitez pas à la lire, mais ce que je peux vous dire en quelques mots, c’est que la bouffée de nostalgie en replongeant dans cet univers m’a fait du bien. Comme de replonger dans un cocon, dans une période où tout était finalement plus simple.

Automne des Enchanteresses

Les rêves d’Aurore

Mot-clé correspondant : LGBTQI+

  • Ce qu’il reste de toi, Robin Réghem |

Encore une chronique que je vous ai partagé par ici. Un roman touchant dont j’ai réellement pris plaisir de lire. Des sujets importants et une fin pleine d’espoir, en bref, une vraie bonne lecture que je vous conseille !

Les écailles de Mélusine

Mots-clés correspondants : Transformation, Métamorphose

  • Twilight, tome 4 : Révélation, Stephenie Meyer |

Voilà pour toutes ces lectures du Pumpkin Autumn Challenge ! On est d’accord, j’étais partie sur un thème global autour du vampire alors que ce n’était pas forcément le cas lorsque j’ai constitué ma PAL. Mais un peu de changement ne fait pas de mal et ça m’a plutôt réussi pour ce challenge ! :3

Et vous, avez-vous aussi participé au challenge ? Quel a été votre bilan ? De jolis découvertes dans vos lectures ?

Prenez soin de vous,

Margaux

📹 | Le retour sur YouTube

Mon retour sur YouTube est désormais acté !

Cela fait maintenant quelques temps que je réfléchis à un retour sur cette plateforme que j’aime tant. Lorsque j’ai commencé mon aventure sur Booktube, j’ai adoré partagé mes coups de cœur et déceptions, vous montrer mes différents achats livresques et vous faire mes petites recommandations. J’ai adoré rencontrer de nouvelles amitiés par écran interposés et découvrir toute un nouvelle facette de la communauté littéraire.

Et vous me le rendiez bien. C’était un vrai plaisir de prendre ma caméra et discuter comme si vous étiez en face et c’est un vrai manque aujourd’hui. Parce que oui, si vous me suivez depuis cette époque, vous avez probablement remarqué le déclin progressif de ma chaîne.

Après avoir vécu une période difficile dans ma vie personnelle, j’ai eu beaucoup de mal à remonter la pente et à retrouver mes marques. Cela me semblait forcé, mais aussi vide de sens, et je ne voulais pas publier seulement pour publier. J’ai toujours eu à cœur de vous proposer du contenu qui aurait pu vous intéresser, et je n’avais plus l’inspiration.

Plusieurs fois j’ai essayé de revenir, mais avec les études, le travail et la vie quotidienne prenante, je n’ai jamais réussi à trouver le bon angle, et le bon timing. Aujourd’hui, j’ai essayé de régler ça et j’ai donc publié cette toute nouvelle vidéo qui marque un tournant.

Un tournant pour la chaîne, mais également un peu pour ce blog puisque un nouveau nom vient marquer cette étape: Littérographe. Et qui dit nouveau nom, dit aussi nouveau contenu. Je vous avez déjà parlé ici de mon envie de partager autour de plus de sujets, de vous parler notamment de photographie entre autres choses, et bien la chaîne va également suivre ce chemin. Je vous laisse regarder la vidéo si jamais vous êtes curieux et voulez en savoir un peu plus sur ce que cela implique.

Vous trouverez également en deuxième partie de vidéo un petit recap de mes lectures du mois d’octobre, n’hésitez pas à y jeter un œil !

J’espère en tout cas que cette petite nouveauté et ce retour sur YouTube vous intéressera et que vous prendrez plaisir à m’y suivre. N’hésitez pas à me dire si certains thèmes vous intéresseraient plus que d’autres, et si ce petit programme vous tente ou, au contraire, pas du tout !

Pour ma part, j’ai déjà hâte de vous y retrouver plus régulièrement !

Prenez soin de vous,

Margaux

📖 | Ce qu’il reste de toi, Robin Réghem

Ce qu’il reste de toi, Robin Réghem

Contemporain

★★★★☆

TW : Anxiété, crise d’angoisse, dépression, avis sur les anxiolytiques, dépendance affective, relation toxique, infidélité, consommation d’alcool, consommation de nourriture, tabagisme, blessure physique

Personne ne peut te sauver et te compléter, si ce n’est toi-même.


De quoi ça parle ?

Trois ans. C’est le nombre d’années sans relations amoureuses sérieuses qu’a passé Hugo.
Parce qu’il sait que son coeur et son esprit, dévoré par un trouble anxieux généralisé, ne pourraient pas le supporter.
Alors, afin de garder intacte sa vie et éviter de sombrer à nouveau, il se contente de liaisons brèves, sans lendemain.

Alors qu’il parvient tout juste à combattre dans sa tête ce qu’il appelle le Monstre, et à suivre une routine qui l’aide à survivre du mieux qu’il peut, un grain de sable vient enrayer la mécanique si bien huilée. Les murs qu’il a ainsi pris tant de temps et de soin à ériger sont sur le point de s’effondrer, emportant dans leur sillage l’équilibre précaire sur lequel repose toute sa vie.

Dans ce chaos, Hugo devra faire face à un passé qu’il aimerait oublier s’il souhaite guérir de blessures qu’il n’a jamais réussi à fermer.


Ce que j’en ai pensé ?

Ce qu’il reste de toi est un roman qui se lit rapidement et dans lequel on s’immerge facilement et presque instantanément. On tourne les pages avidement pour connaître le fin mot de toute cette histoire. On y parle d’amour, mais d’un amour distancé, presque non romantisé finalement, de malaise profond, d’anxiété, des sujets sensibles qui en font un roman parfois difficile mais tout de même important.

On y suit Hugo, se remettant difficilement d’une relation toxique et dévastatrice partagée il y a de ça trois ans. Trois ans de douleur, de remises en question et de reconstruction. On le suit dans son quotidien de serveur dans un café, essayant tant bien que mal de gérer tous les aspects d’une vie quotidienne entre les méandres d’une anxiété vorace: le monstre.

La vraie force de ce roman réside en son traitement de cette anxiété. J’ai beaucoup aimé la façon dont elle été représenté, elle m’a parut très juste, et je me suis retrouvée à plusieurs reprises dans ces descriptions, ces crises d’angoisse que rien n’apaise, cette solitude face à des réactions incontrôlables et que peu de personnes sont enclines à comprendre ou du moins à accepter.

C’est un roman ancré dans le réel, autant dans le traitement de ses sujets, que dans ses personnages et ses dialogues. C’est d’ailleurs une autre force : on s’attache aux différents personnages qui nous ressemblent et on apprends également à détester ceux qui le méritent. Mention spéciale à Rémy, le meilleur ami d’Hugo, toujours présent, drôle et attachant, mais aussi à Ulysse, personnage haut en couleur et réelle bouffée d’air frais entre tant de questionnement et de douleur. Hugo lui, est authentique, et j’ai beaucoup aimé apprendre à le connaître à travers ses pensées, son vécu et son passé. Logan est également attachant à sa manière. Des personnages intéressants, mais surtout bien exploités.

Une double temporalité permet de créer une attente chez le lecteur: on veut connaître l’évènement déclencheur, le pourquoi de cette reconstruction difficile mais nécessaire. Et ça marche. Les flashbacks sont bien dosés et dévoilent tout juste ce qu’il faut même si notre curiosité piquée aurait pu attendre un peu plus de développement. Ils nous permettent de comprendre davantage le personnage principal mais aussi de découvrir l’antagoniste de l’histoire, celui que l’on va apprendre à détester au fil du roman.

L’écriture est agréable et les dialogues bien construits. Contrairement à d’autres romans, ils ne semblent pas forcés ou trop soutenus pour une conversation orale et j’ai apprécié les petites références lancées ça et là dans les conversations des divers personnages.

Le petit plus: une liste détaillée des TW est glissée au début du roman pour que chaque lecteur puisse se lancer averti et sans crainte dans sa lecture.

Un roman personnel, authentique, empreint de douleur mais avant tout véhicule d’une réel espoir, et ça, on aime !

Où l’acheter ? The BookEdition

📖 | Relecture : Twilight, Stephenie Meyer

Saga Twilight, Stephenie Meyer

Young Adult, Fantastique

★★★☆☆


Ma lecture de Midnight Sun, réécriture du premier tome de la saga Twilight du point de vue d’Edward, m’a plongée dans une envie irrésistible de relire l’intégralité de cette saga si chère à mon cœur. Je vous en ai déjà parlé, vous savez probablement que Twilight fait partie de ces romans qui ont construit mon image de la littérature et qui m’ont permis de retrouver le plaisir de lire à un âge où ce passe-temps m’était devenu plus difficile.

C’est donc avec un engouement plutôt certain que je me replongeais dans cet univers si particulier. Je mettais cependant de côté Fascination, tout premier tome, puisque je venais de lire son roman jumeau. Peut être que dans quelques années je prendrais plaisir à le redécouvrir également, qui sait ?

En attendant, je vous ai concocté trois petites chroniques, histoire de vous donner mon avis forcément plus mature qu’il y a 10 ans, et avec un recul un peu plus poussé (quoiqu’avec tout de même un petit manque d’objectivité, je dois bien l’avouer).

Attention, ces chroniques comportent des spoilers, alors nouveaux lecteurs, prenez garde !


Twilight, tome 2 : Tentation

★★★☆☆

Tu ne me reverras plus. Je ne reviendrai pas. Poursuis ta vie, je ne m’en melerai plus. Ce sera comme si je n’avais jamais existé.

Il faut bien le dire, ce tome n’est pas le meilleure de la saga. Certaines longueurs et un manque d’action évident en font un vrai tome de transition, sentant que l’autrice prépare son lecteur à une suite plus mouvementée.

Dans cette suite, Edward a donc décidé de laisser Bella livrée à elle-même, et son absence se fait ressentir. Bien qu’il ne soit pas le personnage le plus loquace et le plus enjoué de la saga, ici le temps se fait ressentir, et même si on pourrait le voir comme une retranscription du moral de Bella, on ne peut s’empêcher de trouver le temps quelquefois long. Mis à part cela, on peut dire que cette absence a le mérite de laisser la place à des personnages plus secondaires que l’on apprends à découvrir davantage dont le fameux Jacob. Sa relation avec Bella se développe, et l’autrice introduit également les loups-garous dans l’univers. Mais cette introduction est plutôt succincte et nous laisse sur notre faim.

Le rythme, quant à lui est lent, et ajoute quelques redondances scénaristiques. Mais malgré cela, on reste pris dans l’histoire et on a envi de découvrir la suite. Cette lenteur permet également d’exploiter plus en profondeur la psychologie des personnages, notamment celle de Bella. Le traitement de son état dépressif m’a paru plutôt juste, et je pense réellement que c’est un des points forts de ce tome.

Les derniers chapitres donnent un second souffle au roman avec un rythme soutenu, les retrouvailles Edward/Bella et la connaissance de la puissante famille des Volturi. Une fin de tome qui introduit parfaitement la suite de la saga et qui intrigue juste ce qu’il faut pour vouloir lire la suite.


Twilight, tome 3 : Hésitation

★★★☆☆

Si tous les autres mouraient mais que lui restait, je continuerais d’être ; si tous les autres survivaient mais que lui disparaissait, l’univers me deviendrait étranger.

Ce troisième tome a le mérite de nous tenir en haleine. Il ne souffre plus de l’absence d’Edward et comporte même certains points forts. Alors que la relation Edward/Bella s’intensifie (enfin, pas trop non plus, on a bien compris que la frustration était le maître mot de cette relation), on s’attache toujours plus à la famille Cullen. La menace Volturi plane toujours, tout comme celle de Victoria, ce qui nous pousse à nous demander quel évènement dramatique va faire suite.

Comme les tomes précédents, celui-ci peut se découper en deux parties : une première dont le rythme lent approfondi une fois encore la psychologie des personnages et le background général, et une deuxième avec un rythme bien plus précipité. Même si chaque partie comporte des points positifs (la découverte des légendes Quileutes et du passé de Jasper son vraiment intéressants), elles ont également leurs défauts. Il y a, en effet, un manque de balance entre les deux, provoquant un déséquilibre de rythme.

Alors que la première comporte des longueurs à noter, la deuxième, elle, est peut être un peu trop courte et précipitée. Résultat: la bataille finale attendue, opposant Victoria à nos personnages, est trop rapide, presque survolée. J’aurai préféré que l’on se concentre davantage sur Victoria, ses ressentis, ses complots et sa vengeance. Ici elle arrive un peu comme un cheveu sur la soupe: « Salut, vous m’aviez oublié ? ». La bataille est brève alors qu’il aurait été intéressant d’approfondir l’entente vampires/loups-garous et de se concentrer beaucoup plus sur les vampires nouveaux nés trop peu exploités.

Le dernier problème à soulever tient en un nom: Jacob. La quasi totalité de ses apparitions sont problématiques à souhait, projetant ses volontés sur une Bella bien trop naïve, c’est dommage !

Vous allez me trouver peut être facile à convaincre, mais encore une fois, malgré ses défauts, j’ai bien aimé ma lecture. Stephenie Meyer sait manier les fins de tomes et ses révélations, nous poussant à en vouloir toujours davantage.


Twilight, tome 4 : Révélation

★★★☆☆

Je n’avais jamais eu la force de gérer les choses qui échappaient à mon contrôle, celle d’attaquer ou de fuir mes ennemis. Celle d’éviter la douleur. Faible humaine, je n’avais toujours su que continuer. Endurer. Survivre. Cela avait suffi, jusqu’à maintenant. Il faudrait que cela suffise aujourd’hui également. 

Ce dernier tome nous donne beaucoup d’informations. Trois parties se distinguent ici, comportant chacune son lot d’évènements et de révélations. Une tension palpable teinte tout le long du roman et il nous faut assimiler tout ça.

La première partie est rapide. Le mariage, la lune de miel, bien que l’ambiance m’aie plu, j’ai été un peu déçue par la rapidité des évènements. Pas qu’il aurait fallu que cela dure beaucoup plus longtemps, seulement que ça soit mieux amené. On début ce tome avec une impression d’avoir manqué quelques temps et c’est dommage.

La deuxième partie, elle, est peut être un peu trop longue. La grossesse de Bella est un évènement majeur qui mérite qu’on s’y attarde, certes, mais de nouveau, quelques longueurs sont à noter. Les relations entre les personnages se modifient légèrement, mais encore une fois, sont amenées de manière un peu maladroite. Alors qu’Alice si présente jusqu’à présent s’efface, Rosalie prends plus d’importance. Même si son lien avec le bébé à venir est compréhensible, son caractère surprotecteur nous frustre tout autant qu’Edward.

Moi qui avait peur de lire le point de vue de Jacob que j’ai appris à détester gentiment, j’ai été surprise dans le bon sens. Je l’ai trouvé beaucoup moins insupportable, ses réactions un peu plus sensées.

La troisième partie présente son lot de moments clés : la transformation de Bella, sa rencontre avec Renesmée, son adaptation à sa nouvelle condition et la confrontation finale. Rien que ça ! Et une nouvelle fois, cette partie aurait mérité plus d’approfondissement et l’on reste un peu sur notre faim. Les personnages secondaires (la famille Cullen et la meute de loups notamment) restent en retrait et cela enlève une certaine profondeur à l’histoire. Ils sont présents, ont un rôle tout de même important, sans pour autant qu’ils prennent leur place et c’est dommage.

Mais ce tome comporte tout de même des points positifs. Il n’y a pas réellement de temps morts, et l’accumulation d’actions, de révélations, nous poussent à vouloir connaître la suite. La lecture est rapide, l’écriture (ou en l’occurrence la traduction) toujours aussi plaisante et l’univers immersif. Les enjeux sont plus forts, ça se ressent, et j’ai encore une fois apprécié ma lecture.


En bref

La saga Twilight restera une des mes sagas chouchou. Cependant, je ne peux que notifier certains problèmes qu’un nouveau lecteur pourrait relever. Le principal étant le rythme. Les trois tomes, et probablement le premier également, ont un rythme bancal, déséquilibré, alternant les parties parfois trop lentes avec celles trop précipitées. Certains aspects intéressants de l’histoire ne sont pas assez développés rendant la saga moins profonde que ce qu’elle pourrait être.

Certaines scènes prêtent à sourire quant à la naïveté adolescente, et les déclarations enflammées peu réalistes. Mais j’ai tout de même apprécié les personnages d’Edward et de Bella et je me rappelle très bien une Margaux de 15 ans rêveuse face à cette histoire d’amour. Certes, elle comporte aussi des points problématiques, des scènes ou Edward est super creepy, d’autres où Jacob l’est également et je pense qu’aujourd’hui cela passerait moins.

Cependant, le vrai point fort ce sont les personnages, et notamment les personnages secondaires. La famille Cullen dont Alice et Charlie le père de Bella permettent notamment de rendre l’histoire beaucoup plus agréable. Ils sont plutôt bien construits, et on aime les découvrir au fil des romans.

En réalité, je pense qu’un lecteur de 2020 pourrait avoir du mal à accrocher à cet univers bien qu’il soit intéressant. Un relecteur, cependant, trouvera son bonheur comme j’ai pu le faire, la nostalgie permettant notamment de gommer les plus gros défauts.

J’ai adoré relire ces tomes et je pense que je retrouverai un plaisir semblable d’ici quelques années. J’ai attribué la note de 3/5 à l’intégralité de la saga car cela restera toujours une bonne lecture, et que l’objectivité me déserte totalement lorsqu’il s’agit de Twilight. C’est dit !

Alors, envie de les relire également ?

Prenez soin de vous,

Margaux

📚 | Octobre : les sorties littéraires que j’attends

Le mois le plus spooky de l’année débarque ! Pour mon plus grand plaisir, l’automne montre le bout de son nez, et s’accompagne, fort heureusement, de nouvelles sorties littéraires.

Voici donc ma petite sélection personnelle, ces livres que j’aimerai découvrir ce mois-ci et piocher dans les étagères de ma librairie :

01 Octobre.

  • La mer sans étoiles, Erin Morgenstern

De quoi ça parle ?  » Aucune histoire ne s’achève jamais vraiment tant qu’elle continue à être racontée.  » Dans la bibliothèque de son université, Zachary Ezra Rawlins trouve un livre mystérieux, sans titre ni auteur. Découvrant avec stupéfaction qu’une scène de son enfance y est décrite, il décide d’en savoir davantage. C’est le début d’une quête qui le mènera à un étrange labyrinthe souterrain, sur les rives de la mer sans Étoiles. Un monde merveilleux fait de tunnels tortueux, de cités perdues et d’histoires à préserver, quel qu’en soit le prix…

Bon, clairement, ce n’est pas sa couverture VF qui m’a donné envie de découvrir ce titre. Je l’avais repéré il y a déjà quelques temps lors de sa sortie VO (avec une couverture beaucoup lus jolie, vous pourrez en juger en faisant un petit tour par Google), et l’histoire m’a réellement intriguée. J’ai hâte d’en découvrir davantage !

07 Octobre.

  • Vers les étoiles, Mary Robinette Kowal

De quoi ça parle ? 1952. Une météorite s’écrase au large de Washington, dévastant une grande partie de la côte Est des États-Unis et tuant la plupart des habitants dans un rayon de plusieurs centaines de kilomètres. Par chance, Elma York et son mari, Nathaniel, en congé dans les Poconos, échappent au cataclysme et parviennent à rejoindre une base militaire.

Elma, génie mathématique et pilote pendant la Seconde Guerre mondiale, et Nathaniel, ingénieur spatial, tentent de convaincre les militaires que la météorite n’a pu être dirigée par les Russes. Mais, ce faisant, ils découvrent que la catastrophe va dérégler le climat de manière irréversible et entraîner, à terme, l’extinction de l’humanité.

Seule issue : l’espace. Une coalition internationale lance un programme spatial de grande envergure… inaccessible aux femmes. Elma compte pourtant bien y prendre part et devenir la première Lady Astronaute.

Un roman de science-fiction dont l’histoire promet d’être plutôt rocambolesque. Cela fait un petit moment maintenant que je n’ai pas lu de romans SF, et celui-ci m’intrigue ! J’y jetterai probablement un petit coup d’œil à sa sortie.

08 Octobre.

  • La princesse au visage de nuit, David Bry

De quoi parle ? Dans les bois vit la princesse au visage de nuit ; ses yeux sont des étoiles et ses cheveux l’obscur.

Hugo, enfant violenté par ses parents, s’est enfui avec ses amis dans la forêt, à la recherche de la princesse au visage de nuit, qui exaucerait les vœux des enfants malheureux… Il est ressorti du bois seul et sans souvenirs, et a été placé dans une famille d’accueil.

Vingt ans plus tard, alors qu’il a tout fait pour oublier son enfance, Hugo apprend la mort de ses parents. Mais, de retour dans le village de son enfance, il découvre que ses parents auraient été assassinés, et d’étranges événements se produisent. La petite voiture de son enfance réapparaît comme par magie. De mystérieuses lueurs brillent dans les bois. Les orages soufflent des prénoms dans le vent.

Une lecture qui semble puissante mais aussi… assez creepy ! Elle s’accordera parfaitement à l’automne et à Halloween approchant, vous ne trouvez pas ?

14 Octobre.

  • Idéalis: à la lueur d’une étoile inconnue, Christopher Paolini

De quoi ça parle ? Kira Navárez rêvait d’un monde nouveau. Elle vient de réveiller un cauchemar d’une ampleur intersidérale…

Lors d’une mission de routine sur une planète inconnue, Kira découvre un organisme vivant d’origine extraterrestre. Fascinée, elle s’approche de l’étrange poussière noire. La substance s’étend sur tout son corps et commence à prendre le contrôle. Kira, en pleine transformation, va explorer les dernières limites de sa condition d’être humain. Mais quelle est l’origine de cette entité ? Quelles sont ses intentions ?

La scientifique n’a pas le temps de répondre à ces questions : la guerre contre les aliens est déclarée, et Kira pourrait bien être le plus grand et le dernier espoir de l’humanité.

L’auteur d’Eragon revient sur le devant de la scène littéraire avec son tout nouveau roman, et je ne peux qu’être intéressée ! J’avoue tout, je n’ai jamais lu Eragon, même si les quatre tomes prennent la poussière dans ma bibliothèque. Mais ça ne m’empêche pas d’être intriguée par ce nouveau titre qui promet d’être réellement intéressant !

21 Octobre.

  • Winterwood : la forêt des âmes perdues, Shea Ernshaw

De quoi ça parle ? Certains disent que les bois de Wicker Woods sont magiques. Hantés, mêmes.

Nora Walker, héritière d’une longue lignée de sorcière, sait à quoi s’en tenir : toutes les femmes de sa famille partagent un lien particulier avec la forêt. Et c’est ce lien qui met Oliver Huntsman sur sa route. Lorsque l’adolescente le retrouve, gelé, au milieu de ces arbres inquiétants, elle n’en croit pas ses yeux. Oliver, c’est le garçon du Camp de Redressement pour jeunes en difficulté qui a disparu en pleine tempête de neige voilà plusieurs semaines. Il devrait être mort. Et pourtant, il est là, vivant.

Nora le recueille chez elle et tombe amoureuse de lui. Mais elle ne peut s’empêcher de remarquer qu’en présence du jeune homme les bois réagissent étrangement et de se demander comment il a pu survivre à cette nuit de tempête qui aurait dû le tuer. Elle comprend que son nouvel ami cache un secret. Oliver, de son côté, est prêt à tout pour garder ses secrets enfouis. Car il n’est pas le seul à avoir disparu cette nuit-là.

Shea Ernshaw est également l’autrice de The Wicked Deep que j’avais lu il y a peu. Bien que l’histoire était quelque peu prévisible, j’avais beaucoup aimé l’ambiance mystique qui régnait dans ce roman. Et l’histoire de ce nouveau titre semble dégager la même atmosphère pesante, mystérieuse et débordante de magie. Une lecture qui ira très bien dans le thème d’Halloween !

Une petite sélection automnale pour vous plonger doucement dans l’ambiance mystique de ce mois d’Octobre. Et vous, qu’avez-vous repéré dans les nouveautés à paraître ce mois-ci ?

Prenez soin de vous,

Margaux

📖 | Midnight Sun, Stephenie Meyer

Midnight Sun, Stephenie Meyer

Young Adult, Fantastique

★★★★☆

J’eus l’impression de voir Perséphone manger ses graines de grenade, se condamnant ainsi aux Enfers. Et moi, étais-je Hadès qui convoitait le printemps, le dérobait, le condamnait à une nuit éternelle ?


De quoi ça parle ?

La rencontre entre Edward Cullen et Bella Swan dans Fascination, le premier tome de la saga Twilight, a donné naissance à une histoire d’amour iconique. Mais jusqu’à présent, les fans n’avaient pu lire de cette histoire que la version de Bella. Ce conte inoubliable prend, à travers le regard d’Edward, un tour nouveau et résolument sombre. La rencontre de Bella constitue dans sa longue vie de vampire l’expérience la plus intrigante et la plus troublante qui soit. Plus nous apprenons de détails sur le passé d’Edward et la complexité de son monde intérieur, mieux nous comprenons que cet événement constitue le combat déterminant de son existence.


Ce que j’en ai pensé ?

Comment être objective face à Twilight, cette saga qui a marque mon adolescence ? La première chose que je dirai vis-à-vis de ma lecture, c’est que j’ai tout bonnement adoré me replonger dans cet univers et retrouver tout l’engouement que j’avais lors de ma toute première lecture de Fascination.

Mais essayons d’être objective deux minutes. J’ai, en effet, trouver quelques défauts à ce « nouveau » roman de Stephenie Meyer. Le premier ? Il es long. Peut être même un peu trop long. Il faut dire que l’on passe d’un tome de 526 pages à une réécriture de pas moins 796 pages avec une police d’écriture plus petite. Je peux donc tout à fait comprendre les différentes critiques que j’ai pu lire sur le net, le trouvant lent et pas forcément nécessaire. Car oui, n’oublions pas que Midnight Sun est une réécriture et qu’il nous réserve donc que très peu de surprises. L’action est également lente, comme dans le premier roman, mais cela est tout de même compensé par les 200 dernières pages dont le rythme s’accélère de manière soutenue.

Nous plongeons dans les méandres des pensées d’Edward et je dois dire que c’est un exercice parfois difficile. Bien que j’aime beaucoup ce personnage, ici on peut dire qu’il parle ou pense beaucoup. Son côté adolescent torturé m’a parfois fait lever les yeux au ciel : on a bien compris Ed, tu mérites la damnation éternelle et Bella mérite beaucoup mieux que toi. Est-ce vraiment nécessaire de nous le rappeler toutes les dix pages ? Je n’en suis pas certaine.

Mais malgré ces quelques points négatifs, je dois vous avouer que j’ai passé un très bon moment de lecture. Je suis ravie d’avoir craqué et acheté ce tome à part. Moi qui partait un peu à reculons lorsque j’ai débuté ma lecture, je me suis surprise à attendre impatiemment le moment où je pourrai reprendre mon livre. J’ai retrouvé la Margaux de 15 ans qui ne pouvait plus arrêter de lire : nostalgie, quand tu nous tiens.

J’ai également beaucoup aimé redécouvrir la famille Cullen de l’intérieur. C’est ce qui, je pense, est la partie la plus intéressante du roman. Les liens se dévoilent, tout comme les pensées propres à chaque membre grâce au talent d’Edward, et c’était un vrai plaisir de les voir d’un nouvel œil. Chaque personnage gagne en profondeur, et on s’y attache d’autant plus tout en découvrant plus en détails l’histoire de chacun.

La relation Edward/Bella gagne elle aussi en profondeur avec le point de vue complémentaire d’Edward. Malgré quelques détails qui m’ont fait tilter comme son besoin de contrôle un peu trop présent, je dois dire que mon côté fleur bleu s’est trouvé grandement satisfait. Bella m’a également parue plus mature et réfléchie que dans mon souvenir laissé par Fascination.

Un roman qui, je pense, ravira les fans de la première heure avec quelques longueurs qui auraient pu être évitées (une petite centaine de pages en moins peut-être ?). Mais la redécouverte d’un univers que l’on a aimé n’a pas de prix et j’ai adoré cette impression de le lire pour la première fois.

Si j’étais objective, je pense que ce roman vaudrait 3★/5. Mais je vous avais prévenu : je ne le suis pas. Ce sera donc un 4★/5, et ce, sans regret !

– Et le lion s’éprit de l’agneau… murmurai-je.

📣 | Mon parcours de Lectrice

Chaque lecteur a sa propre perception des livres, son propre ressentis, mais également son propre parcours. Que vous ayez aimé la lecture dès votre petite enfance, que vous l’ayez détesté avant de l’adorer ou que vous ayez toujours quelques ressentiments en son encontre, chacun a son histoire à raconter autour de la lecture.

Aujourd’hui je voulais vous proposer un article qui relate un peu mon parcours, pour vous montrer que non, on ne nait pas lecteur, et, plus encore, on n’aime pas la lecture d’une manière linéaire, tout au long de sa vie (et ce, même si on tient un blog littéraire, je vous jure !) Je vais également vous parler des livres qui ont marqué les étapes de mon amour pour la littérature, qui sait, ils vous parleront peut être aussi.

Vous êtes prêts ?

Mes premiers pas de lectrice

J’ai eu de la chance. J’ai aimé lire dès l’apprentissage, déchiffrant toutes les phrases qui me passaient devant les yeux. Et même si l’enfance nous paraît loin, nos premiers souvenirs de lecteurs naissent à cette période et nous marquent. Je me souviens avoir appris à lire grâce à un gentil fantôme prénommé Gafi et j’ai un souvenir très net de ma toute première lecture de « grand ». Je collectionnais les J’aime Lire et adorais emprunter des livres à la BCD pour pouvoir me plonger toute entière dans mon imagination. C’est aussi à cette période que je découvrais l’écriture et que j’inventais mes premières histoires alimentées par ces univers si colorés de l’enfance.

Des albums comme l’indétrônable Martine de Gilbert Delahaye ou Caroline de Pierre Probst, des enquêtes avec Le clan des sept d’Enid Blyton ou les aventure de Futékati de Béatrice Nicodème, et une pointe de poétique avec Le petit prince d’Antoine de Saint-Exupéry, je découvrais avec délice la multitude de thèmes et de formats que m’offrait la lecture.

Et dans tous ces souvenirs que l’écriture de cet article me fait retrouver, quelques titres tiennent une place centrale :

  • Oui-oui et les trois lutins, Enid Blyton : c’est le tout premier livre que j’ai lu. Offert par mes grands-parents, il fait toujours partie de ma bibliothèque, et je me souviens encore des images qui défilaient dans ma tête lors de ma lecture.
  • La sorcière de la rue Mouffetard et autres contes de la rue Broca, Pierre Gripari : peut être que ma passion pour les sorcières a pris racine dans la rue Mouffetard, entre les étagères de la BCD où je l’empruntais encore et encore, qui sait ?
  • Sacrées sorcières, Roald Dahl : mon premier souvenir en librairie est lié à ce roman qui tient donc une place spéciale. (Et oui, apparemment j’avais une vraie passion pour les histoires de sorcières !)
  • Ange et Compagnie, Annie Dalton : une série que j’ai dévoré à l’école primaire. Des anges, une académie, et une histoire originale qui m’embarquait à chacun de ses tomes.
  • Arthur et les Minimoys, Luc Besson : quand d’autres parlent d’Harry Potter comme étant leur premier « vrai » roman, leur première expérience de lecture enrichissante, moi un seul titre me vient en tête et c’est celui là. Mon premier vrai choix de lecture non influencé par des adultes et un coup de cœur immersif.

Les romans de mon adolescence

Après une entrée en grande pompes dans la lecture, je commençais mes années collège avec ce même engouement pour les livres et la littérature. Mes idées fleurs bleues (et probablement mes hormones adolescentes haha) m’ont alors dirigée vers d’autres thématiques, plus contemporaines, plus romantiques ou même dramatiques. Mais ma jeune passion pour la lecture s’est tout de même amenuisée jusqu’à totalement disparaître. Alors qu’en 6ème je lisais encore quelques roman, mes trois années suivantes ont été un vide littéraire au point qu’aucun titre ne me vienne en tête.

Les lectures imposées par le collège étaient une vraie corvée et même si j’aimais l’objet livre et les jolies bibliothèques, j’ai fais une pause, préférant m’intéresser à d’autres centre d’intérêts. Ce n’est qu’à la fin de ma 3ème que j’ai replongé le nez dans les livres et que ma passion s’est ranimée petit à petit. Avec le recul, je pense que je voulais des romans dans lesquels je pouvais m’identifier, me reconnaître dans ses thématiques et ses personnages, ce qui n’était pas mince affaire.

Trois titres m’ont tout de même laissé un souvenir marquant de cette période :

  • Quatre filles et un jean, Ann Brashares : une histoire d’amitié qui m’a transportée durant trois tomes (et même un quatrième plus tard) et qui m’a donné envie de découvrir la Grèce, de faire de la peinture, et surtout d’avoir un groupe d’amies aussi soudées que ces quatre protagonistes.
  • Le ciel est partout, Jandy Nelson : c’est le premier roman que je lisais qui abordait le thème du deuil. Bien qu’aujourd’hui j’aurais probablement un œil plus critique ou en tout cas plus analytique sur le traitement de ce sujet particulier, ce roman m’est resté en tête, me permettant de vivre tout un tas d’émotions que je n’avais jamais expérimenté jusqu’alors en lecture.
  • Twilight, Stephenie Meyer : sachez que je ne serais jamais objective sur cette saga qui m’a fait redécouvrir mon amour pour la littérature. Mon dernier été avant le lycée fut rythmé par mes longues heures de lecture chez mes grands-parents, dans la voiture, dans mon lit, le soir, le jour, bref, à peu près à toute heure et dans n’importe quel lieu. Je me souviens encore le sentiment de manque quand je ne pouvais pas lire la suite, et mon excitation alors que ma grand-mère m’emmenait au supermarché du coin pour m’acheter le tome suivant. Une histoire coup de cœur qui ne m’a jamais vraiment quittée et que je redécouvre en ce moment même avec Midnight Sun dont vous allez bientôt entendre parler…

Le lycée, le retour à la lecture

Le lycée fut un moment de redécouverte de la littérature accompagné par un nouveau changement de goût littéraire. Alors que je ne jurais que par les romances et les romans contemporains, je me laissais finalement guider par les romans que lisais mon frère. Et c’est là qu’est arrivé mon attrait pour la SF, le fantastique, et tout univers qui ne se passait pas dans notre propre réalité. Quoi de mieux pour s’évader de son quotidien pas toujours facile de lycéenne qu’un roman qui se passe sur une planète différente de la notre, ou un personnage principal qui se découvre des facultés surnaturelles du jour au lendemain ? Je m’ennuyais finalement ferme dans le contemporain et décidais que ma place était auprès de ces héroïnes bad-ass que rien ni personne ne pouvait stopper.

C’est aussi au lycée que je découvrais le Young Adult, même si je ne lui donnais pas réellement de nom à cette époque, et que je lisais mes premiers textes en anglais grâce à une professeure d’anglais géniale.

  • Of Mice and Men, John Steinbeck : le tout premier roman lu en anglais qui m’a donné confiance sur le fait que je pouvais lire en VO avec un peu d’entrainement. Je me découvrais un intérêt poussé pour la langue et je commençais à réfléchir aux titres qui m’aiderait à approfondir ce nouvel attrait.
  • Hunger Games, Suzanne Collins : une lecture grandement influencée par mon frère avec qui j’étais allée voir le tout premier film au cinéma. Et quel coup de cœur ! Je redécouvrais la sensation de lire avidement et l’envie de ne jamais sortir de ma lecture ce qui ne m’étais plus arrivée depuis Twilight. Mon amour pour le Young Adult a pris un sacré tournant à ce moment là et j’enchaînais les dystopies qu’on voyait partout à l’époque, pour mon plus grand plaisir.
  • Divergente, Veronica Roth : mon attirance pour les dystopies adolescentes se confirmait avec cette nouvelle saga. Un classique des romans Young Adult que j’ai dévoré et que j’ai vécu pleinement, larmes comprises !

L’université et ma perception de la lecture

Mon entrée à l’université m’a conforté dans mes goûts littéraires. Je continuais de lire beaucoup, j’entassais les livres dans ma bibliothèque (je décidais d’ailleurs d’investir dans ma propre bibliothèque) et lisais tous les livres qui m’attiraient et que j’avais le plaisir d’acheter. Sans prise de tête je me plongeais dans des romans toujours plus imaginaires et s’éloignant d’une réalité un peu morose. Exit les romances et drames contemporains.

Je voyais, et j’ai toujours vu, la lecture comme un plaisir et je n’ai jamais voulu l’assimiler à quelque chose de déplaisant ou d’ennuyeux, par peur de me dégoûter. Autant vous avouer de ce pas que je n’ai jamais fini un livre imposé par l’école (merci internet et ses résumés détaillés !).

En licence, je continuais dans ma grande lancée Young Adult, ne diversifiant que très peu mes lectures. C’est à ce moment là que j’ai découvert la communauté littéraire sur internet et notamment sur Youtube et décidais à mon tour de me lancer. J’étais plutôt fière de faire partie de cette nouvelle aventure livresque qui allait une nouvelle fois changer mon rapport aux livres.

Période d’engouement littéraire. Je dévorais à peu près tous les livres qui me tombaient sous la main, je me délectait de tous ces conseils sur le net et choisissait toutes mes lectures grâce au dizaines de chaînes que je suivait. Je lisais (ou achetait) également de plus en plus de romans en VO que les chaînes anglophones que je suivais me présentaient. J’en écrivais des articles, tournais des vidéos, postais sur Instagram, bref, une vraie apprentie influenceuse littéraire.

Ce n’est qu’à mon entrée en Master, que mes goûts ont de nouveau évolué. Mon déménagement à paris n’a pas été de tout repos, ma vie ne l’a pas été non plus et de nouveau, la lecture passait un peu au second plan. Je continuais de lire même si mon rythme se réduisait, mais ma passion, elle, ne s’essoufflait pas. Je voulais être libraire et rien, ou presque, ne me ferais changer d’avis.

Rencontrer de nouvelles personnes qui évoluaient dans le même milieu tout en ayant des goûts totalement différents des miens m’a permis de me confronter à de nouveaux styles, de m’intéresser à autre chose. Le Young Adult était toujours central dans mes habitudes mais je laissais de la place à d’autres envies. J’aspirais à plus de diversité.

  • The Mortal Instruments, Cassandra Clare : Une de mes sagas préférées, sans conteste. Tout comme Twilight ou Hunger Games avant elle, je n’arrivais plus à me sortir cette lecture de la tête et la multitude de tomes fait d’ailleurs que je n’en suis toujours pas tout à fait sortie !
  • Outlander, Diana Gabaldon : premier roman historique, et gros coup de cœur pour un univers découvert via la série même nom. C’est également une des première fois que je trimballais un livre aussi épais tous les jours dans les transports. Une petite évolution qui mérite qu’on s’y attarde tout de même !
  • La passe-miroir, Christelle Dabos : première autrice que j’allais voir en salon littéraire et je me souviens encore de mon moi tout intimidé à l’idée de lui adresser la parole. Une lecture captivante à l’univers complexe qui aura finalement marqué un pan de ma vie de lectrice au fil de ses quatre tomes.

Travailler en librairie: un changement de cap

Cette envie de diversité n’a cessé de faire son petit chemin et la lectrice que j’étais a trouvé un nouveau souffle en travaillant en librairie. Moi qui ne jurais que par le Young Adult (j’en ai d’ailleurs fait mon sujet de mémoire), je commençais à me lasser un peu des ficelles que je débusquait de plus en plus vite.

Ma première expérience professionnelle se fit dans une petite librairie indé et généraliste. Il n’y avait pas de rayon Young Adult et je ne retrouvais pas les titres que je connaissais par cœur. J’ai du apprendre à lire autre chose et à sortir de ma zone de confort. Et quelle révélation !

Moi qui avait commencé par lire tout un tas de genres dans mon enfance, je m’étais finalement cantonné à une toute petite poignée depuis mon adolescence et me fermais à l’idée de lire autre chose, pleine d’aprioris. Ici, je n’avais plus le choix, et c’est avec plaisir que je découvrais de nouvelles écritures, de nouveaux univers, certes, ancrés dans le réels pour la plupart, mais tout aussi intéressants.

Et je me mis à lire de tout, et surtout des romans que je n’aurais jamais cru lire un jour :

  • La vraie vie, Adeline Dieudonné : le tout premier livre « adulte » que je m’autorisais à lire et qui me faisait de l’œil sur notre table de nouveautés. Une thématique très sombre et une écriture percutante qui ne pas laissé une seconde de répits.
  • Dans la forêt, Jean Hegland : malgré qu’il soit marketé comme étant un roman de littérature générale, j’ai pu y retrouver mon confort avec des thèmes communs au Young Adult et ses univers post-apocalyptiques. C’est la première fois que je me rendais vraiment compte qu’un livre catégorisé par telle ou telle étiquette pouvait tout aussi bien correspondre à une autre. Il fallait juste creuser un peu plus, et c’est un nouveau déclic qui s’opérait.
  • Circé, Madeline Miller : et ma passion pour les sorcières renaît. Je retrouvais dans ce roman un univers qui me passionnait couplé à une écriture plus complexe qu’en jeunesse mais tellement captivante ! Un vrai coup de cœur que j’ai conseillé à la pelle à tous mes clients !
  • Cadavre exquis, Agustina Bazterrica : cette lecture m’a permise de me rendre compte que j’étais très intéressée par les romans qui abordaient des sujets de société, parfois très difficile, mais qui percutaient d’une manière ou d’une autre. Cet alien dans ma bibliothèque m’a laissé sans voix, abasourdie par ce que je venais de lire. Une vraie claque littéraire.

Et aujourd’hui ? Qu’est-ce que j’en retire ?

Je ressors de ce long parcours de lectrice (qui est loin d’être terminé, bien entendu), avec le sentiment que les livres m’ont beaucoup apporté, et que, telle une âme sœur, chaque roman dévoré, chaque chapitre englouti et page tournée m’ont apporté ce dont j’avais besoin à des moments clés de ma vie.

Lorsque mon âme d’enfant était en demande constante de couleurs et d’imagination, une multitude de lectures m’ont emportée. Lors de mon adolescence, elles m’ont appris à comprendre certaines facettes de la réalité, à appréhender le monde qui m’entourait tout en me préservant de mes propres émotions. Lorsque j’ai dû traverser les périodes les plus éprouvantes d’une vie, les livres ont su me laisser l’espace nécessaire pour que je digère un tant soit peu ces obstacles tout en gardant les bras grands ouverts quand je réessayais doucement de revenir vers eux.

Aujourd’hui, mon rapport à la littérature a beaucoup évolué. J’ai arrêté de voir la lecture comme une grande course à qui lira le plus, ou les meilleurs romans. J’ai compris que chaque genre ou chaque format avait quelque chose à apporter à un moment spécifique de la vie d’une personne. Ils pourront peut être jamais nous toucher alors qu’ils seront essentiels pour d’autres. Passionnants ou ennuyeux. Réconfortants ou révoltants. Ils n’ont pas vocation à diviser, seulement à enrichir tout un chacun de manière parfaitement distincte.

Les livres tiendront toujours une place chère et particulière dans mon esprit. Mon âme d’enfant avide de livres sommeillera toujours au plus profond de moi et ce, que je lise ou ne lise plus.

Et vous, quel est votre propre parcours de lecteur ? Quels sont les livres les plus marquants ?

Prenez soin de vous,

Margaux

📚| Pumpkin Autumn Challenge 2020 : ma Pile à Lire.

La fin de l’été, les jours de plus en plus courts, le temps brumeux et l’esprit cocooning qui s’installent peu à peu. Je suis ravie de retrouver cette ambiance si particulière qui fait de l’Automne ma saison préférée. Les puristes de l’Eté me diront probablement que l’on n’est pas encore en Automne, et je vous l’accorde. Mais la rentrée nous donne tout de même un bon point de transition vous ne trouvez pas ?

Et quoi de mieux pour entamer doucement cette transition que le départ d’un challenge littéraire ? Vous l’avez deviné (en même temps le titre ne vous le cache pas vraiment), je reviens aujourd’hui vous parler du Pumpkin Autumn Challenge et de ma pile à lire spécialement conçue pour l’occasion.

Je ne rappellerai pas les règles du challenge par ici, je vous redirige donc vers l’article de Guimause, la créatrice du challenge, pour vous informer sur les différentes modalités.

Cette année j’ai de nouveau l’espoir de compléter ce challenge et j’espère rester sur ma lancée et renforcer mon rythme encore timide après une longue panne de lecture. Croisons fort les doigts, on y croit !

Comme d’habitude j’ai décidé de choisir un livre par sous-catégories puis de me laisser guider au fil de mes envies, me laissant l’opportunité de valider tel ou tel menu à la fin du challenge. Cette liste n’est pas fixe, je peux en rajouter et en enlever, je me connais, je change d’avis comme de chemise !

Mais en attendant ma future hésitation, voilà ce que donne cette PAL enchanteresse :

Automne Frissonnant

  • Je suis Médée vieux crocodile ! | Trahison / Thriller / Policier / Horreur / Epouvante

La neuvième maison | Leigh Bardugo

T h r i l l e r

  • Les chimères de la sylve rouge | Gothique / Vampire / Créatures de la nuit

The Mortal Instruments, Renaissance : La princesse de la nuit | Cassandra Clare

C r é a t u r e s d e l a n u i t

  • Les supplices de la belladone | Un livre à la couverture noire

Descender : Etoiles de métal | Jeff Lemire & Dustin Nguyen

C o u v e r t u r e n o i r e

  • Esprit es-tu là ? | Fantôme / Fantôme du passé / Famille / Historique / Classique

Le portrait de Dorian Gray | Oscar Wilde

C l a s s i q u e

Automne Douceur de Vivre

  • Il fait un temps épouvantail ! | Halloween / Samhain / Automne

Pumpkinheads | Rainbow Rowell

H a l l o w e e n

  • Siroter un chocolat chaud sous les saules | Anthropomorphisme / Enfance / Feel Good / Cocooning

Miss Pérégrine et les enfants particuliers : La bibliothèque des âmes | Ransom Riggs

A n t h r o p o m o r p h i s m e

  • Fafnir ton assiette sinon pas de piécettes ! | Créatures légendaires et fantastiques / Petit peuple / Féérie / Conte / Légende / Mythe

Le chant d’Achille | Madeline Miller

M y t h e

  • A Window to the Past | Sorcière / Sorcier / Magie / SFFF

L’atelier des sorciers, tome 3 | Kamome Shirahama

S o r c i è r e s

Automne des Enchanteresses

  • Les rêves d’Aurore | LGBTQI+ / Militantisme

Ce qu’il reste de toi | Robin Réghem

L G B T Q I +

  • Sarah Bernhardt, monstre sacré | Dramaturgie / Pièce de théâtre / Art

The Wicked + The Divine : Faust départ | Kieron Gillen

9 è m e A r t

  • Les écailles de Mélusine | Féminisme / Transformation / Métamorphose

Sorcières : la puissance invaincue des femmes | Mona Chollet

F é m i n i s m e

  • Nausicaa de la vallée du vent | Nature Writting / Ecologie / Nature / Post-apocalyptique

Uprooted | Naomi Novik

N a t u r e

Et vous, qu’avez-vous prévu de lire cet Automne ? Participez-vous au challenge ?

Prenez soin de vous,

Margaux

📖| Vinegar Girl, Ann Tyler

Vinegar Girl, Ann Tyler

Littérature générale, Contemporain, Réécriture

★★☆☆☆

Ce n’était pas étonnant au fond, se disait Kate. Ils étaient heureux de se débarrasser d’elle. Elle leur avait donné tellement de fil à retordre – une enfant peu commode, une adolescente morose, une étudiante ratée. Qu’allaient-ils bien pouvoir faire d’elle ? Mais ils avaient désormais la solution : la marier. Ils n’auraient plus du tout à se soucier de son avenir.


De quoi ça parle ?

Les recherches du docteur Battista sont sur le point d’aboutir mais une inquiétude le ronge pourtant. Car le visa de Pyotr, son assistant, expire dans quelques semaines et, sans lui, il n’y arrivera pas, il le sait. Tout est perdu, à moins d’un miracle… ou d’un mariage blanc avec Kate, sa fille aînée, justement célibataire. En désespoir de cause, il entreprend finalement de la convaincre.


Ce que j’en ai pensé ?

Il faut savoir que Vinegar Girl est une réécriture de la pièce de Shakespeare: La mégère apprivoisée que je n’ai jamais eu l’occasion de lire. Je ne peux donc vous parler des ressemblances avec l’œuvre originale, mais seulement de mon ressenti face à ce roman que j’ai voulu piocher dans ma pile à lire.

Vinegar Girl est un roman léger, au ton et à l’écriture fluide et qui se lit donc facilement. Le genre de lecture que j’adore me réserver pour l’été, période où je lis volontiers des romances et où mon seul mot d’ordre est « détente ». Je me lançais donc dans ce roman avec l’espoir d’enfin sortir de ma panne de lecture immense, et d’en ressortir avec le sourire aux lèvres. Et pourtant… ça ne l’a pas fait.

Une des premières remarques que je me suis faite, concernait le rythme du roman. Le premier quart du roman est lent. Certes, il expose les personnages, la base de l’histoire, le problème que l’on va devoir résoudre à la fin, des points donc peu propices à une action soutenue. Mais je me suis plusieurs fois retenue de passer quelques pages, et ça n’augurait rien de très bon pour la suite.

Anne Tyler nous présente donc son personnage principal, Kate, en charge de sa petite sœur Bunny depuis le décès de leur mère et supportant les frasques et l’absence du Dr. Battista, un père beaucoup trop absorbé par son travail. Ne trouvant pas de sens à sa vie et rêvant d’une réelle indépendance, elle va cependant se retrouver face à un problème de taille: un mariage arrangé avec l’assistant de son père, Pyotr, dont le visa expire sous peu et menace des années de travail.

Je dois dire que j’ai eu du mal à m’attacher aux personnages. Alors que j’appréciais Kate au début de ma lecture, son côté indépendant mais surtout son envie de pouvoir prétendre à plus que ce la vie et son entourage ne lui apportaient, j’ai fini par ne plus la suivre du tout à la fin du roman. Les réticences légitimes qu’elle exprime vis à vis du mariage et vis à vis de Pyotr disparaissent totalement alors même que ce dernier lui donne beaucoup de raisons d’être réticente. Ses premières réflexions tombent dans l’oubli et je n’ai pas compris, ni la raison de ce revirement, ni son élément déclencheur.

Mais parlons de Pyotr. Personnage central de toute cette histoire, il m’était un peu indifférent au début de ma lecture. Son histoire de visa arrivant à expiration ne m’a pas émue ou touchée, et malgré son air sympathique je n’ai pas réussi à le trouver intéressant. Et alors que j’attendais plus de développement sur ce personnage pour me donner envie de m’y attacher, l’autrice m’a donné davantage de raisons de ne pas l’apprécier. Les derniers chapitres révèlent d’ailleurs un Pyotr aux tendances misogynes, aux réactions extrêmes et ne portant aucun intérêt à notre personnage principal. Ce qui m’interroge d’autant plus : pourquoi Kate le défend-il avec autant d’ardeur ? Elle qui aspirait à son indépendance et à être maîtresse de ses choix, se retrouve au milieu d’une relation arrangée, sans l’ombre d’un sentiment au côté d’un rustre inconnu. C’est un poil contradictoire, non ?

Alors que le Dr. Battista s’efface totalement, le personnage le plus sensé de cette histoire reste Bunny, petite sœur un tantinet agaçante mais aux réaction tellement pleines de bon sens. La seule à finalement prendre le parti de sa grande sœur, défendant ses intérêts et s’insurgeant contre toute cette situation. Une vraie bouffée d’air frais !

La fin de cette histoire met un point final à ma déception. Je m’attendais à autre chose, un autre dénouement pour Kate et sa famille, un élément qui m’aurais permis d’être surprise, mais rien de tout cela ne s’est produit et je termine ma lecture sans grand engouement.

Vinegar Girl reste cependant un roman apprécié par une grande majorité de lecteurs, et je me dis que je suis probablement passée à côté de quelques subtilités qui m’ont échappées. Une lecture en demi-teinte donc, pour un roman qui ne me restera pas longtemps en mémoire, dommage !

 Dans mon pays, on a un proverbe : « Méfie-toi des gens sucrés, parce que le sucre, il ne nourrit pas. »

C’était une remarque intrigante. « Eh bien dans mon pays, on dit qu’on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre. »